AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Houroun, trotteur (é)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pêche Melba
Modette sucrée melba
avatar

Messages : 921
Date d'inscription : 10/10/2014
Age : 20
Localisation : France

Info'
Trèfles:
56/100  (56/100)

MessageSujet: Houroun, trotteur (é)   Jeu 11 Fév - 15:41

Houroun




Houroun, étalon trotteur de 5 ans
∞ propriétaire : Whappa

« "Les trotteurs ne sont bons à rien", "ils ne savent que trotter et encore", "ils n'ont rien pour eux", etc. On entend ce genre d'absurdités tous les jours. Jappeloup de Luze, ça vous dit quelque chose ? Le cheval qui a été médaillé d'or aux JO ? Et bien son père était un trotteur. Alors oui, c'était qu'une exception mais cela prouve que ce sont des chevaux incroyables quand on croit en eux. Et Houroun n'échappe pas à la règle. Même s'il a gardé sa maladresse de poulain, c'est un merveilleux cheval qui en demande encore et encore. Plus bosseur et appliqué que lui, vous ne trouverez pas. Bien sûr, il a tout à apprendre et cela sera sûrement plus difficile qu'avec un bon cheval de sport mais je vous promet que ça en vaut la peine. Ce trotteur a tellement un grand coeur qu'il pourrait tout faire pour faire plaisir à son cavalier. Il a de superbes aptitudes et un incroyable coup de saut. Ne vous demandez plus si les trotteurs peuvent faire autre chose que du trot, vous avez la preuve en face de vous qu'ils sont capables de bien plus que vous pouvez vous imaginer. »

► arbre généalogique



Parents : Juventus & Upsann

Poulains :  unknow


► points

∞ confiance : 25
∞ soins : 18
∞ débourrage : 50/50
• dressage : 04
• saut : 01
• cross : 00
• trec : 00
• course : 00
• endurance : 00
• horse ball : 00
• pony-games : 00
• polo : 00
• pole bending : 00
• reining : 00
• barrel race : 00
• amazone : 00
• travail à pied : 04
• longe : 02
• longue-rênes :00
• attelage : 00
• balade : 00
TOTAL : 11

► palmarès

points concours : 04
∞ Classements :
02 en première place
00 en deuxième place
00 en troisième place

1e avec Whappa au Local 45 de TAP
1e avec Whappa au Local 75 de dressage
éliminé avec Whappa au Local 78 d'Attelage





poulain:
 


Dernière édition par Pêche Melba le Sam 20 Fév - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mar 16 Fév - 16:00

P o u l a i n     f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


première entrevue.

J'avais sorti Mistery en prairie, abreuver Arystie et après avoir passé un peu de temps au club house j'ai été informée qu'un poulain à été mis à ma charge. On m'avait demandé si cela ne me dérangeait pas mais je n'y vois pas d'inconvénients, le petit Houroun avait l'air d'être un gentil poulain et puis j'avais déjà aperçu sa bouille dans l'écurie tout à l'heure, il était vraiment mignon. Je ne sais pas encore à quoi m'attendre avec lui, je n'ai encore entendu personne en parler, mais il doit être gentil, d'où moins c'est l'impression qu'il donne...

Je marche dans l'allée, croisant certaines têtes que j'ai vu il y a quelques heures déjà et va jusqu'au box de Houroun. Je m'arrête à la porte pour prendre le temps de l'observer. Je remarque tout de suite un magnifique poulain trotteur bai avec une immense pelote suivie d'une liste. Il est vraiment adorable! Je laisse pendre mes bras dans le vide de son coté de la porte et sifflote pour l'interpeller. Le poulain tourne la tête vers moi et pousse un petit cri qui semble rester dans le fond de sa gorge. Je ris et le laisse s'approcher sur ses grandes jambes. Houroun semble embêter sur ses grandes échasses mais me rejoins tout de même assez rapidement. Le sourire au visage, je le laisse prendre connaissance de mon odeur et il commence à mordiller mes doigts avec ses lèvres. Je ris et le repousse gentiment afin qu'il ne prenne pas de mauvaises habitudes. Je n'avais pas fais attention que Houroun était déjà séparé de sa mère, c'est étrange, tout les autres poulains sont encore en sevrage... Je hausse les épaules et tente d'ouvrir la porte du box, prenant garde à Houroun. Je rabats derrière moi et m'accroupi pour être à sa hauteur malgré que le trotteur se trouve être un très grand poulain! Houroun me tourne autour et respire mes vêtements, il semble bien curieux. Je souris et fais glisser ma paume sur ses petits crins de bébé encore tout doux. Houroun n'est vraiment pas peureux comme l'est Arystie, il se laisse faire et ne semble pas apeuré par mes faits et gestes. Je laisse glisser ma main sur son garrot, continuant sur la croupe et arrivant à l'autre extrémité du poulain. Houroun m'observe et ne bouge pas. J'irai bien plus loin aujourd'hui vu comment il est coopératif, mais je ne veux pas le brusquer, je décide tout de même d'accrocher un licol au treillis de son box pour qu'il puisse le renifler et se familiariser avec avant de l'avoir sur le bout du nez. Je ressors et pars jusqu'à la sellerie, revenant avec un licol bleu acier entre les mains. Je le tends en direction de Houroun qui semble surpris, redressant l'encolure. Je ne vais pas le forcer, il viendra le voir de lui même. Je l'attache au box et le laisse pendre, Houroun observe mais ne bouge pas. Je retourne près de lui pour tenter de le caresser sur le chanfrein avant de repartir mais le bai secoue la tête, cherchant à jouer. Je souris et me redresse avant de sortir et de repartir un peu plus loin dans l'écurie. Il m'intrigue beaucoup ce poulain, je pense que je commence déjà à l'apprécier...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mar 16 Fév - 18:37

P o u l a i n     f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


confiance et port du licol.

Nous voilà déjà au deuxième jour où je prends le chemin des stabules des poulains pour venir m'occuper du petit bout que j'ai à charge : Houroun. Ce trotteur m'a beaucoup tapé dans l'œil hier et en plus j'apprécie beaucoup son caractère, il n'est pas peureux et semble intrigué par tout ce qui l'entoure, totalement l'opposé de Mistery... Il avait l'air d'être assez maladroit sur ses grandes jambes toutes caducs mais je suis sûre qu'avec le temps il apprendra à s'en servir correctement. Comme je l'ai déjà dis, j'ai déjà rendu visite au bai hier et ça s'est très bien déroulé, aujourd'hui je viens dans le but de lui mettre son licol pour la première fois et essayer de lui caresser un peu l'entièreté du corps vu que j'étais rester le long de sa colonne vertébrale la vieille, ne voulant pas précipiter les choses.

J'arrive au box de Houroun et me positionne à l'identique du jour avant, mes bras pendant dans le vide attendant que le poulain me rejoigne. Houroun semble me reconnaitre et ronfle des naseaux, faisant demi-tour pour venir jusqu'à ma hauteur. Je le laisse sentir mes mains pour qu'il se rende bien compte que c'est moi et lui parle d'une voix douce tout en lui caressant le chanfrein. Il se laisse faire sans bouger la tête cette fois. Je devais certainement le déranger alors qu'il observait le licol que j'avais installé dans son box hier. D'ailleurs, quand est-il de ce licol? Je déverrouille le box et me glisse à l'intérieur, ne laissant pas le temps à Houroun de sortir, poulain qui avait déjà les yeux écarquillés et les oreilles redressées. Je m'avance jusqu'au licol et remarque qu'il a été mâchouillé. Je rigoles et me retourne vers Houroun qui ne me quitte pas des yeux.

- " C'est toi qui a fait ça?" Dis-je en continuant de sourire.

Je décide de ne pas m'occuper de cette partie du débourrage tout de suite, d'abord je vais entreprendre de passer mes mains partout sur le corps du grand poulain bai. Je m'agenouille alors dans le box et appelle Houroun par son prénom pour qu'il vienne jusqu'à moi. L'étalon met quelques temps à comprendre mais lorsque je glisse ma main dans ma poche pour en sortir un quartier de pomme il se précipite vers moi, entremêlant ses jambes et trébuchant, manquant de tomber. Je soupire de ses bêtises et lui temps la friandise qu'il renifle maintes et maintes fois avant de la choper entre ses lèvres et de la croquer. Houroun me fait rapidement comprendre qu'il aime ça, les oreilles bien droites et le bout du nez cherchant un deuxième morceau dans mes mains. Hélas pas de second quartier tout de suite, d'abord il doit me laisser le caresser. Je lui explique ce que je vais faire tout en passant mes doigts dans ses tout petits crins. Je sais qu'il n'en a pas grand chose à faire mais c'est un bon moyen pour qu'il s'habitue à ma voix de lui parler sans arrêt comme ça. Je garde une main à hauteur de son encolure et fais glisser l'autre le long de sa tête, passant sur sa joue et remontant jusqu'aux oreilles où j'arrive à toucher le bout sans qu'il se débatte. Je masse sa nuque de ma deuxième main et continue mon parcours en descendant le long de l'encolure jusqu'à l'épaule, rejoignant son genou. Houroun semble déranger et gigote mais je sifflote et arrête mon geste pour le calmer. Une fois qu'il redevient immobile, je recommence et ainsi de suite jusqu'à ce qui s'habitue. Je passe ensuite sur les flancs et sous le ventre, insistant là ou la sangle passera plus tard. Houroun est intrigué et m'observe dans tout ce que je fais, il reste assez calme. Je termine sur sa croupe et le masse sans trop insister. Deux trois tours de plus autour de lui et Houroun est à présent désensibiliser de la main humaine sur l'intégralité de son petit corps de poulain. Il a bien mérité sa récompense, j'ai à peine le temps de sortir la pomme que ses yeux s'illuminent et qu'il s'approche de moi. Je le repousse gentiment en lançant un 'non' ferme et autoritaire. Je le repousse quelques fois jusqu'à ce qu'il reste fixe et lui offre ensuite sa friandise qu'il déguste avec autant d'entrain qu'à la première bouchée. Je flatte son encolure tout en le laissant mastiquer, le félicitant de la voix. On allait pouvoir passer dés à présent au port du licol.

Je décroche le licol du treillis et le mets sous le nez de Houroun qui est tout autant intéressé que la première fois. Une fois qu'il la bien épié du regard et qu'il semble s'en détacher, je l'approche de son épaule et commence à le frotte contre sa robe. Le bai sursaute et gigote mais il est rapidement coincé dans un coin du box, les jambes croisées. Je le rassure de la voix, passe ma main sur son encolure et continue de glisser le licol sur son corps, me rapprochant de plus en plus de sa tête. L'entier est apaisé et ne frissonne plus au contact du tissu sur sa peau. Je me place à coté de lui et ouvre la muserolle devant son nez, le laissant s'avancer de lui même. Tellement curieux, Houroun plonge son nez dans la muserolle et j'en profite pour rapidement bouclé le licol sur sa tête, me reculant, légèrement méfiante de sa réaction. Le poulain secoue la tête dans tout les sens et se gratte les joues contre les antérieurs, tentant de l'enlever. Je le laisse se battre seul plusieurs minutes jusqu'au moment où je le vois glisser son petit sabot dans sa muserolle, se retrouvant ainsi coincer.

- "Non mais je rêve!" Dis-je en un petit cri mais tout de même amusée.

Je m'avance jusqu'à lui et lui retire l'antérieur du mieux que je peux. Une fois libéré, Houroun se calme et dépose son doux regard sur moi, comme s'il me considérait pour sa sauveuse. Je ris et approche ma tête de son encolure, déposant en vitesse mes lèvres sur son encolure avant qu'il ne se retire, pas habitué à ce geste. Bon, il est à présent temps de le laisser tranquille. Je lui retire le licol et le rattache au treillis, il s'y fait rapidement comme ça. Je caresse une dernière fois le poulain sur le corps, passant un peu partout en lui parlant et retourne ensuite à l'extérieur du box. Nous sommes au deuxième jour et Houroun a déjà beaucoup appris, sa curiosité est un véritable atout à son apprentissage!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maioral
Admin à la mayo
avatar

Messages : 2294
Date d'inscription : 10/07/2014

Info'
Trèfles:
19/100  (19/100)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mer 17 Fév - 12:11

+ 7 en débourrage (confiance & licol 7/10)

+ 5 Trèfle

_________________
The problem with depression is
-You know you’ll be ok, but you still feel awful.
-You know people love you, but it doesn’t feel like they do.
-You know doing something will make you feel better, but you just don’t know how to.
-You want to be well, but you just can’t seem to get there.

Under ~ Grenadine ~ Teddy

Résumés ♪

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mer 17 Fév - 21:36

P o u l a i n       f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


confiance et port du licol, suite.

Après une petite sortie avec Oliver je suis retournée à mon domicile afin d'être à l'heure lorsque Claire viendrait le rechercher. J'ai eu un petit pincement au cœur en voyant cette boule de poils à tâches sans aller mais je dois admettre que ça fait du bien, il fait tout de suite... plus calme. Beaucoup plus calme. Je me suis ensuite accordée une petite pause dans mon canapé et me voilà de retour aux stabules des poulains en quête de rendre visite à mon très cher Houroun. Il faut absolument qu'il s'imprègne de mon odeur et commence à me reconnaitre, ça facilitera son débourrage même si jusqu'à maintenant, le petit bai ne me donne pas énormément de fil à retordre.

Je passe devant le box d'Arystie avant de rejoindre celui d'Houroun qui me reconnait immédiatement lorsque je commence à l'appeler par son nom. L'étalon frémit des naseaux et s'avance jusqu'à moi. Je remarque qu'il reste toujours le seul poulain sans sa mère à l'exception de Aaron qui est né en avance des autres et est déjà un bel étalon maintenant. Houroun doit être un cas appart, j'ai pu remarquer que c'était un poulain très débrouillard, de plus il n'a peur de rien. J'extirpe un quartier de la pomme qu'il me reste et le dépose dans le creux de ma paume pour le proposer au poulain. Ce dernier ne se fait pas prier et croque dans le fruit, mastiquant quelques fois avant d'avaler. Je caresse son encolure et fait glisser petit à petit ma main sur son chanfrein, commençant à gratouiller l'endroit de sa pelote du bout des ongles. Houroun me laisse faire et semble apprécier ces quelques caresses, venant m'en demander d'autres lorsque j'arrête mon geste. Hélas toute bonne chose à une fin, je me reculais de quelques pas pour pouvoir ouvrir la porte du box sans encombres, on allait retenter l'exercice du licol.

Je détache le licol de son emplacement, Houroun sur mes talons toujours à observer ce que je fais. Je fais un demi-tour sur moi même de sorte à me retrouver face à lui. Je me décale légèrement sur le coté et le laisse sentir le licol avant de lui enfiler alors qu'Houroun reste complétement immobile et coopératif. Je le félicite un long moment, répétant les opérations d'hier en passant ma main sur la totalité de son corps. Houroun ne bouge pas, même pas les membres comme il l'a fait hier alors je flatte son encolure tout en le félicitant de la voix. Maintenant, on peut passer à autre chose. Je vais chercher une longe à l'extérieur du box, reviens sur mes pas et l'attache à l'alliance sous la tête du trotteur. Je mets petit à petit de la pression en baissant ma main vers le bas dans le but qu'Houroun cède et baisse la tête. Il est réticent et exerce une force opposée à la mienne, relevant la tête en l'air. Je grimace et continue mes tentatives, mais sans résultats. Je vais essayer autrement, le but étant simplement qu'il cède, de n'importe qu'elle façon que ce soit. Je me remets debout et laisse un peu de mou sur la longe, commençant à marcher à l'intérieur du box. Houroun m'observe attentivement, les oreilles bien droites et pointées vers l'avant. Je l'appelle par son nom et tire légèrement sur la longe et c'est après quelques minutes qu'Houroun se décide enfin à faire un pas en ma direction. Je l'encourage de la voix et il continue à avancer jusqu'à être à coté de moi. Je le caresse tendrement et masse son garrot. Il a fait ce que j'attendais de lui aujourd'hui et j'en suis très contente malgré qu'il n'ai pas baissé la tête comme demandé précédemment. Je lui retire son licol et le récompense d'une dernière friandise. Je rattache le licol, à l'extérieur du box cette fois, je juge que l'acceptation est acquise, la prochaine fois que je rendrai visite à Houroun ce sera pour faire nos premiers pas le long de l'allée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Jeu 18 Fév - 12:02

P o u l a i n    f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


désensibilisation au parapluie et manipulation.

Un vrai temps de canards! Et ça n'arrête pas depuis que je me suis réveillée. Malgré les fortes intempéries à l'extérieur, je me décide à prendre le chemin pour le Haras de Pado, ne voulant pas laisser le petit Houroun sur la sellette à cause du mauvais temps de février. Un parapluie à la main, j'affronte l'air froid et humide du dehors, me précipitant de rejoindre les stabulations. Une fois à l'intérieur je prends soin de bien refermée mon parapluie et de l'égoutté à l'entrée avant d'arriver au box de mon petit favori. Houroun me reconnait aussitôt et s'approche en donnant des petits coups de tête en l'air. Je tends ma main à sa rencontre et le gratifie de quelques caresses. Le programme d'aujourd'hui est de sortir du box pour pouvoir faire nos premiers pas en licol, exactement ce que j'avais prévu hier en repartant chez moi. Je dépose mon parapluie sur le coté de façon à ce qu'il ne me gêne pas, ouvrant la porte afin de pouvoir m'immiscer dans le box auprès du bai.

Je m'empare sans plus attendre du licol et le présente à l'étalon qui ne le renifle plus par surprise, s'étant déjà habitué à cet objet. Je flatte son encolure frêle et lui enfile le licol sur le bout du nez, ajustant les dernières attaches. Houroun reste calme et serein, je lui offre donc un morceau de sucre, de sorte à ce que ça le change un peu des quartiers de pommes juteux qu'il a eu ces jours précédents. J'attache la longe au licol et reprends le même exercice qu'hier, je joue sur la longe, effectuant une pression qui tire légèrement vers le bas. Houroun continue de riposter et de faire face mais cette fois je ne lâche pas et continue de donner des petits à-coups jusqu'à temps qu'il baisse la tête. Chose faite! Le bai s'estime enfin battu et baisse la tête, suivant le mouvement de ma main. Je souris et le félicite tout en accompagnant mes caresses d'exclamations vocales. On va pouvoir tenter de sortir du box maintenant, en espérant qu'il tienne sur ces grandes tiges qui lui servent de jambes...

Malgré le fait que je sois fort hésitante, je me décide à poussé la porte de sorte à qu'elle soit ouverte en grand pour nous laisser le champ libre à Houroun et moi. Je mets une légère pression vers l'avant sur le licol et ressemblant un peu à l'exercice d'hier, le trotteur comprend qu'il doit me suivre. Ne prenant pas garde à où il pose ses sabots, Houroun trébuche et manque de venir se cogner le chanfrein contre ma cuisse. Je donne un petit coup sec sur la longe pour lui faire prendre conscience qu'il ne doit pas vouloir aller trop vite. Je recommence l'opération et Houroun me suit à l'extérieur de son box sans problèmes cette fois. C'est une fois que je le vois bien sous les néons de l'écurie que je remarque qu'il est anormalement grand pour un poulain, son garrot m'arrive déjà à la hanche alors qu'il n'a à peine que deux mois. Une fois ma petite observation finie, je me décide à tenter de faire un aller et retour dans l'allée pour tester ses capacités à me suivre docilement tout en lui dégourdissant un peu les jambes. Je claque de la langue pour le prévenir que nous allons démarrer et Houroun reste bien attentif, ajustement correctement un sabot après l'autre en se déplaçant. Je souris et tiens un œil dessus tout en continuant à avancer, de plus en plus à l'aise à chaque nouveau pas. Je remarque que le poulain est déjà très respectueux et ne cherche pas à dépasser son cavalier. Une fois arrivé au bout du couloir je l'arrête et le félicite pendant de longues secondes, très fière de lui. Il est à présent temps de faire demi-tour, je lui demande de tourner avec moi et il a un peu de mal à comprendre mon geste, s'emmêlant très vite les pinceaux et se trébuchant une à deux fois lors de la manipulation. Je le laisse se retourner à son rythme et nous redémarrons doucement jusqu'au  box, essayant de marcher avec assurance malgré le fait que j'ai l'impression qu'Houroun glisse sur le sol de l'écurie avec ses grandes jambes disproportionnées. Nous sommes prêts à passer le box et rejoindre l'entrée de l'allée quand soudain Houroun s'arrête brusquement et refuse d'avancer d'avantage. Je donne de la pression sur la longe mais rien ni fait, monsieur refuse catégoriquement d'avancer, les yeux ronds et les naseaux légèrement dilatés, fixant quelque chose derrière moi. Je décide alors de me retourner pour voir ce qu'il le met dans un état pareil et il ne me faut pas bien longtemps avant de comprendre...

"Le parapluie!" dis-je en riant.

Tout en continuant de rire devant sa mine terrorisée, je décide de lui montrer le parapluie de plus près. Mais vu qu'il refuse d'aller jusqu'au parapluie, jusqu'à Houroun ira le parapluie! Je regarde rapidement autour de moi et vois un anneau d'attache en face de son box, parfait, ça me permettra de tester son comportement à l'attache. Je fais rapidement un nœud avec la longe et caresse le bai sur l'épaule quelques instants avant d'aller jusqu'au parapluie et de le prendre dans une main, m'avance très doucement jusqu'à Houroun dont on pourrait croire que ses yeux vont sortir de ses orbites. Je sifflote pour l'apaiser car il commence à s'énerver, tapant du pied et n'arrêtant pas de bouger de gauche à droite face à son box. Jusqu'à maintenant on peut dire qu'à l'attache il est assez... turbulent. Je souffle calmement son nom et me voilà à coté de lui, ma main contenant le parapluie un peu en retrait derrière moi. Une fois que je parviens à le tranquilliser tant bien que mal, j'approche le parapluie tout en lui parlant. Je parviens à lui présenter sous le nez malgré qu'il ai tiré quelques fois au renard et tout en restant immobile, j'attends qu'il vienne le sentir de lui même. Doté d'une très grande curiosité, cela ne prend pas énormément de temps à Houroun avant de venir ronfler au dessus de cet effrayant parapluie à pois, l'examinant sous toute les coutures. Je le félicite tout en même qu'il analyse la chose et l'approche petit à petit de son poitrail afin qu'ils soient en contact. Houroun se ressaisit de plus en plus chaque seconde et je peux dès maintenant faire glisser la toile du parapluie sur son encolure, ses épaules, ses flancs et sa croupe sans qu'il ne s'excite. D'ailleurs il est redevenu immobile et ne semble pas perturbé d'être attaché. Maintenant que le plus gros est fait, il faut passer à l'étape supérieure afin de le désensibiliser complétement... Ouvrir le parapluie.

Je me recule et me place sur la gauche du poulain afin d'actionner le mécanisme. J'essaie d'être le plus délicate possible et le parapluie s'ouvre assez rapidement, ce qui fait sursauter le bai. Je sifflote et dépose le parapluie à nos pieds, le laissant observer. Houroun tourne un peu et ne lâche pas la chose des yeux. J'arrive à l'approcher progressivement jusqu'à ce qu'il se retrouve devant ses antérieurs, juste en dessous de son nez. Après quelques minutes et la reconnaissance d'odeur, Houroun se rend compte qu'il s'agit toujours de la même chose qu'il a senti il y a un peu plus de cinq minutes et se désintéresse rapidement. Satisfaite, je range mon parapluie et viens féliciter mon étalon qui a passer un grand cap aujourd'hui. Je lui offre deux sucres supplémentaires et défais le nœud de sa longe, le faisant rentrer prudemment dans son box. Et miracle! Houroun ne se trébuche pas une seule fois sur les cinq mètres qui nous sépare de celui-ci. Je le félicite et lui ôte son licol, sa journée aura été assez bien remplie en émotions, il vaut mieux en rester là pour aujourd'hui. Je lui dépose un bisous volé sur le bout du nez et le bai s'ébroue. Il est temps pour moi de repartir et de laisser cette petite bête se reposer avant la journée qui nous attend demain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Jeu 18 Fév - 19:18

P o u l a i n   f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


manipulation, brosse et immobilité à l'attache.

Houroun à fait un grand pas en avant hier, il m'a suivi au licol malgré les nombreuses fois où il s'est trébuché et il a même fini par accepté le parapluie, même si ça n'a pas été une mince affaire... J'ai aussi pu remarqué qu'il n'est pas spécialement dissipé à l'attache. Aujourd'hui je vais retenter le coup afin de vérifier que ce n'était pas un coup de chance, mais aussi, je vais lui faire découvrir les différentes brosses du pansage. C'est un programme assez chargé mais vu comment le bai est coopératif et curieux de toutes nouvelles choses, ça devrait plutôt bien se passer. J'ai glissé mon nez dehors avant de partir de chez et j'ai vu que le temps était complétement différent de celui d'hier, un petit soleil pointe son nez dans le ciel. Comme quoi les jours se suivent mais ne se ressemblent pas.

Equipée de mon kit de brosses que j'ai pris la peine de désinfecter pour ne pas qu'Houroun s'infecte de je ne sais quoi, je marche gaiement jusqu'au box de mon petit préféré. Comme quoi le temps à vraiment un impact psychologique sur les gens! Je dépose mon bac sur le coté et appelle l'étalon qui comme à son habitude, vient me saluer joyeusement en reniflant mes mains. Je lui accorde sa caresse quotidienne et il me laisse entrer dans son box, le licol à la main. Je lui enfile rapidement son licol alors qu'il reste sage et tente de le faire sortir pour aller l'attacher. Mais une fois encore, Houroun agit avant de réfléchir et se trébuche sur ses grandes jambes fragiles! Je le rouspète, lui demandant de faire un peu attention et parviens à l'attacher à l'anneau. Le laissant un peu seul face au mur le temps d'ouvrir mon kit et de tout préparer, je remarque qu'il est paisible et qu'il ne semble pas déstabiliser par cette situation. Je reviens vers lui, sans brosse en main toutefois et recommence un exercice qu'il a déjà appris. Je glisse mes mains sur son corps, passant bien sur les zones sensible comme les jambes, la tête et le dessous du ventre. Houroun tremble lorsque je passe mes paumes à cet endroit précis, certainement un peu chatouilleux. Je souris et continue de le caresser jusqu'à revenir à sa jambe et me placer près de son antérieur. Je descends ma main le long de son membre et lui demande le pied en insistant quelques fois.

"Pied! Pied!" N'arrêtais-je pas de répéter pour qu'Houroun associe le geste à cet ordre vocal.

Houroun se décide enfin à lever le sabot mais ne me le laisse qu'une seconde avant de le reposer brusquement au sol. Je recommence et y mets plus de force pour le maintenir cette fois. Après m'être battue pendant plus de deux minutes, Houroun me laisse son pied sans se débattre. Je félicite et lui laisse reposer son sabot. Je demande les même ordres avec l'autre antérieur et de nouveau, Houroun résiste à vouloir reposer son pied à terre. Je persiste et Houroun comprend beaucoup plus rapidement cette fois. Je lui offre une caresse et un crouton de pain que je sors de ma poche afin de lui prouver qu'il a bien fait. J'effectue les même gestes avec les postérieurs auxquels Houroun se laisse beaucoup mieux faire, je ne rencontre même aucun soucis sans pour autant bâcler la chose. Je reviens aux antérieurs et redemande les pieds plusieurs fois jusqu'à ce que le bai me donne les pieds sans hésiter ni tente de le retirer. Je pense que le poulain à bien compris, alors je félicite longuement avant de passer à autre chose.

Alors que le donner de pied est encore tout frais dans sa tête, je décide de commencer le pansage par lui curer les sabots. Je m'empare du cure pieds et m'approche de l'antérieur gauche qu'Houroun me donne avec aisance. Je flatte brièvement son encolure et commence à gratter son sabot, évitant sa fourchette encore souple. Houroun tente de se dégager de nouveau mais je l'en empêche, lui faisant des réprimandes et y mettant plus de force que lui. Je continue de nettoyer son sabot et passe ensuite à l'autre. Je passe assez bien de temps à curer les quatre sabots, mais au moins l'entier comprend qu'il doit me laisser faire mon travail sans bouger. Je gratouille son chanfrein et pars troquer mon cure pieds contre une étrille en caoutchouc et l'approche de la robe du bai. Voyant qu'il n'arrête pas de sursauter au contact, je décide de lui montrer. Curieux, Houroun renifle l'objet et tente même de le mordiller, signe qu'il ne s'en méfie plus. Je reviens vers ses flancs et commence à passer la brosse sur son corps. Houroun gigote mais se retrouve vite coincé entre le mur et moi. Je le caresse tout en passant la brosse, passant de l'autre coté où il se tient plus calme cette fois. Je passe ensuite au bouchon et Houroun se laisse faire comme si de rien n'était. Bien, passons alors à la brosse douce. Je passe beaucoup de temps sur sa croupe poussiéreuse et sur son encolure, mais c'est un moment où je passe sous son ventre que cela devient intéressant. Houroun sursaute et décolle les quatre fers en l'air. Je souris et continue de le brosser à cet endroit mais il commence à fouailler de la queue. Je le gronde et lui donne une petite tape sur les fesses, ce qu'il suffit à le ressaisir. Décidément il est très chatouilleux! On peut continuer en essayant de démêler le peu de crins que le poulain a. Je lui présente le peigne mais il n'y voit aucun intérêt, je m'attelle alors à brosser ses crins moutonneux.

On termine ce pansage sur une bonne note où Houroun à trouver la tranquillité et ne se soucie plus de ce que je fais autour de lui. Je le félicite à nouveau d'avoir été aussi coopératif, ce n'est pas donné à tout le monde tout de même. Je le récompense d'un sucre qu'il s'empresse de craqueler sous ses dents. Une fois qu'il a terminé je le détache et le fais marcher une fois dans l'allée avant de le rentrer, prenant bien garde à ce qu'il fasse attention à ses jambes, grand maladroit qu'il est! Je libère Houroun de son licol et pendant qu'il part s'abreuver, sors de son box. Je range tout mon matériel et donne un coup de brosse devant la stabule alors qu'Houroun m'observe, trouvant surement ça intéressant. Je lui dépose une dernière caresse et tente un bisous avant de partir, ce qui est réussi. Contrairement à ce que j'aurai cru les brosses n'ont pas réellement posé problème au bai, ne serait-ce que les sabots qui ont été un peu plus compliqués... Houroun m'impressionne de jour en jour et je pense que je suis encore bien loin de toutes les surprises qu'il me réserve.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Ven 19 Fév - 13:43

P o u l a i n     f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


manipulation, brosse et immobilité à l'attache, suite.
faire un parcours de maniabilité à pied

Ayant eu du mal à trouver le sommeil la nuit dernière, je n'ai pas arrêté de penser au joli poulain bai dont je m'occupe... D'ailleurs, ça m'a donné une idée. Afin de vérifier que tout ce que nous avons appris jusqu'à maintenant et réellement appris et ancré dans sa petite cervelle, on va faire sortir des écuries et aller jusqu'au manège afin de faire un parcours de maniabilité. De quoi nous mettre à l'épreuve! Joyeuse et excitée par cette nouvelle expérience qui nous attend, je rejoins le box d'Houroun en trottinant. Une fois arrivée devant son box je découvre une petite bouille recouverte d'une belle liste blanche qui attend à sa porte comme pour demander à sortir. Ou alors il a déjà peut-être pris l'habitude de me voir arriver aux alentours de ses heures-ci. Je passe mes doigts sur son chanfrein et le laisse seul quelques minutes supplémentaires, le temps d'aller chercher mon kit de pansage que j'ai déposé dans un coin de la sellerie la veille.

Je m'enfonce dans le box du poulain, le licol sur l'épaule. Lui laissant deux grosses minutes le temps qu'il me salue, je lui présente ensuite son licol qu'il ne rechigne pas à enfiler et pousse la porte afin de pouvoir sortir. Une fois dehors je fais marcher Houroun le long des boxes, ayant pris l'habitude de lui dégourdir les jambes avant de l'attacher. Une fois fais, je fais un nœud d'attache et félicite le poulain qui reste très attentif jusqu'à maintenant. Je passe rapidement mes mains sur son corps pour vérifier s'il n'a pas de plaies et commence mon pansage habituel par le démêlage de crins. Je ne commence pas toujours pas les même brosses afin de diversifier au plus l'étalon et ne pas l'habituer à des choses trop monotones. Houroun n'est pas plus intrigué hier par ce que je chipote autour de ses crins et me laisse démêler sans difficultés. Une fois la crinière et la queue dans un état correct, je m'empare de l'étrille et la laisse sentir à Houroun qui doit certainement s'en souvenir car il tente de la mâcher à nouveau. Je le repousse et commence à frotter ses parties charnues, appuyant un peu plus fermement que le jour précédent. Houroun se laisse faire et je peux voir sa lèvre inférieure commencer à trembler, signe qu'il se détend. Tout en souriant je passe au bouchon en insistant bien sur ses balzanes et le réprimande lorsqu'il lève la jambe sans ma permission. Décidément c'est ses jambes qui auront causé le plus de problèmes, enfin, si on peut qualifier ça de tels...

Le pansage se poursuit avec la brosse douce et je prends un peu plus de temps à la faire glisser sur la robe bai de Houroun afin de le rendre le plus scintillant possible. Si jamais on venait à croiser quelqu'un sur le chemin jusqu'au manège, je veux absolument qu'on remarque la beauté de se trotteur et que les regards s'arrêtent dessus. Oui, je suis assez fière de ce qu'il devient et je ne le cache pas. Je termine ensuite le pansage en lui demandant ses sabots pour les curer. Comme la veille Houroun ne cède pas tout de suite à les donner et tente de les reprendre une fois qu'ils sont maintenant en l'air. Malheureusement pour lui, je ne me laisse pas faire et persévère à garder son sabot en main. Après cinq longues minutes de lutte, je pose le dernier sabot au sol et peux enfin ranger ma boite de pansage. Alors que je range tout à sa place Houroun semble intéressé et commence à piétiner sur place, cherchant à venir donner des coups d'antérieur dans ma caisse. Aussitôt que je vois ça, je me retourne face à lui et le gronde, pas vraiment en accord avec son attitude. Je mets du poids sur sa hanche gauche pour qu'il se décale afin que je puisse passer mais il ne réagit pas. Je mets plus de force et Houroun se décide enfin à se décaler, me laissant aller ranger ma caisse là où je suis aller la chercher il y a bien vingt minutes à présent. En revenant à l'aire de pansage j'observe discrètement Houroun et vois qu'il se tient calme alors que personne ne s'affaire autour de lui ou dans l'écurie tout entière. J'arrive à ses cotés et le félicite, détachant sa longe et le menant jusqu'au manège en faisant bien attention à sa démarche.

Cinq cent mètres et quelques trébuchages plus tard, nous arrivons enfin devant l'enceinte du manège. Houroun semble surprit par la grosse infrastructure et se raidit sans pour autant s'arrêter d'avancer. Le chemin qu'on a emprunter pour venir jusqu'ici était clôturé et ne nous a poser aucun problèmes, Houroun s'est simplement contenté d'observer la nature qui se reposait autour de lui. Une fois à l'intérieur du manège je referme la porte qui, je l'admet, fait un bruit monstre et effraie un tant soit peu l'entier qui fait un écart de coté. Je viens près de lui et le rassure tout en caressant son encolure. C'est beaucoup de nouvelles choses d'un coup pour lui tout ça. Lorsque je le sens rassuré, je claque une fois de la langue pour le prévenir qu'on va démarrer et on commence à avancer dans la piste, un pas après l'autre. Je fais un tour, accompagnée d'Houroun qui observe les plots et les barres autour de lui que je suis venue installées juste avant de le rejoindre aux écuries. Il ne semble pas effrayé, mais plutôt... intéressé. Comme à son habitude de toute manière. Après avoir fais un tour de piste à chaque main je demande un arrêt à Houroun qui me fonce dedans par inattention et manque lui aussi de basculer. Je soupire d'exaspération et lui ordonne de reculer de plusieurs pas malgré qu'il ai l'air de trouver cela bien difficile. Vu que l'exercice semble assez compliqué pour le trotteur, je le félicite au moindre mouvement qu'il fait à reculons. Je redémarre à plusieurs reprises en lui demandant des arrêts, exactement de la même façon que je travaille avec Quelquefois lorsque l'on fait du stick to me. Après plusieurs répétitions Houroun commence par assimiler les choses et recule de plus en plus aisément. Je le félicite en sortant un sucre de ma poche et le laisse marcher quelques minutes supplémentaires avant de l'amener sur la première activité : le slalom.

J'ai installé trois plots l'un à la suite de l'autre avec un espace de deux mètres entre chaque afin de nous laisser la place pour passer entre. C'est assez court mais amplement suffisant pour tester les capacités du poulain. J'avance en direction de l'exercice, Houroun sur mes talons et l'arrête en face du premier cône. L'étalon de jeune âge baisse la tête et ausculte le cône sous tout ses angles avant de se redresser, jugeant qu'il est inoffensif. Je flatte rapidement son encolure et le remets en route d'un claquement de langue. Je commence à tourner autour du premier plot et jusqu'ici tout se passe bien, c'est seulement lorsque je demande à Houroun de tourner de l'autre coté pour enchainer avec le second plot que les choses se complique. Houroun se précipite et croise ses antérieurs comme un bon cheval de dressage le ferait pour un déplacement latéral, cependant Houroun est loin d'être un as du dressage! Le poulain trébuche à deux reprises d'affilées et je l'arrête le temps qu'il reprenne l'équilibre avant de repartir. L'exercice se termine assez bien et je vais un peu plus loin pour dessiner une jolie courbe avec le bai afin de changer de main. Nous rentrons à nouveau dans l'exercice et cette fois Houroun y va avec plus d'assurance malgré qu'il heurte un cône et qu'il le fasse tomber. Je félicite le poulain et vais remettre le cône à sa place pour recommencer la procédure une fois encore. Au bout de deux ou trois passages supplémentaires Houroun se débrouille plutôt bien au slalom, prenant garde à ne plus se trébucher et ne touchant plus aucun cône sur son passage. Je le récompense d'un sucre et lui accorde quelques minutes avant de nous dirigez sur les barres au sol, le but étant de passer au dessus.

J'avance et traverse la barre au sol comme si de rien était, pensant qu'elle allait passée inaperçue aux yeux d'Houroun. Je redescends rapidement de mon nuage lorsque je sens une pression inverse sur la longe. Le poulain refuse catégoriquement de passer par dessus la barre de bois, les antérieurs plantés dans le sable et la tête légèrement relevée. Je décide d'employer la manière douce et lui donne un peu de leste sur la longe. Lui étant d'un coté de la barre et moi de l'autre, je l'appelle par son prénom et capte rapidement son attention, ses oreilles pivotant au son de ma voix. Je donne des petits à-coups sur la longe, exactement comme quand je lui avait demander de me suivre dans son box il y a quelques jours déjà. Je vois qu'il hésite, il commence à lever un antérieur, le repose, recommence et ainsi de suite. Je l'encourage de plus en plus s'en m'arrêter de tirer sur la longe de façon discontinue jusqu'au moment où il se met à avancer et vient me rejoindre de l'autre coté de l'obstacle en faisant un petit bond. Je fis et lui ébouriffe son toupet en pétard avant de repasser la barre, dans le sens contraire cette fois. Je dois encore lui laisser un peu de temps avant qu'il ne passe au dessus mais je répète l'exercice assez bien de fois et Houroun commence à moins appréhender la barre, s'arrêtant même de sauter au dessus et la passant tranquillement au petit trot. Je le félicite et nous allons passer au dernier exercice pour aujourd'hui, ça sera déjà pas mal comme petite sortie.

J'ai disposé quatre barre, par deux l'une à la suite de l'autre afin de former un petit couloir étroit dans lequel le jeune étalon est censé passé. Je m'aventure dans le passage et vois Houroun me suivre, très fière je continue d'avancer sans me retourner jusqu'à arriver à l'autre extrémité. Mais lorsque je me retourne, je suis surprise de le retrouver de l'autre coté des barres et donc plus du tout encadré. Il a répété l'exercice précédent en passant au dessus, pensant que c'était un obstacle. Je lève les yeux au ciel et recommence, tenant la longe plus près du licol afin d'avoir plus d'emprise cette fois. Houroun flotte un peu de gauche à droite mais je le remets assez souvent sur le droit chemin, ce qui fait que nous traversons le couloir du début à la fin s'en nous en éclipser. Je félicite et tente un nouveau passage, répétant ça deux fois de plus jusqu'à ce que je puisse laisser un peu plus de liberté à Houroun alors qu'il me suit. Suite à notre dernier passage vraiment très réussi et à un arrêt sans m'avoir dépassé, je donne les deux derniers carrés de sucre qu'il me reste au bai et le récompense. Il est temps de le rentrer au box, nous reprenons le sentier que nous avions pris pour venir et je remets directement Houroun dans sa paille, lui retirant son licol et lui accordant un dernier câlin avant de partir en vitesse car mon portable vient de sonner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maioral
Admin à la mayo
avatar

Messages : 2294
Date d'inscription : 10/07/2014

Info'
Trèfles:
19/100  (19/100)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Sam 20 Fév - 19:25

+ 13 en débourrage
(confiance et licol 10/10
Manipulation, immobilité & pansage 10/10)

+ 6 en confiance
+ 4 en travail à pied


+ 20 Trèfle Razz

Gains pour objectifs réussis :
- 10 pts compétence (je te laisse faire)
- 3pts à miser (MAJ)
- 4pts concours (je te laisse les donner à qui tu veux)
- 5 trèfles (MAJ)

edit Whap' : MàJ, j'ai ajouté 05 points en dressage et 05 en trec à Quelquefois et les quatre points concours à Quelquefois également

_________________
The problem with depression is
-You know you’ll be ok, but you still feel awful.
-You know people love you, but it doesn’t feel like they do.
-You know doing something will make you feel better, but you just don’t know how to.
-You want to be well, but you just can’t seem to get there.

Under ~ Grenadine ~ Teddy

Résumés ♪

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Dim 21 Fév - 12:03

P o u l a i n    f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


trois allures en longe.

Les années ont passées et Houroun à bien grandi, devenant un magnifique étalon bai comme je l'avais espérer. Sa robe s'est éclaircie, il a prit du muscle, mais il y a bien une chose qui n'a pas changé chez ce trotteur, il est toujours aussi grand et disproportionné! Tout au long de cette longue période ou Houroun s'est forgé jusqu'à devenir adulte, je n'ai pas arrêter de venir le voir et de m'en occuper, répétant régulièrement les choses que je lui ai apprises alors qu'il n'était encore qu'un poulain de quelques mois. Une chose est sûre, Houroun à bien conservé tous ses acquis, ainsi que sa maladresse...

J'arrive d'assez bonne heure aux écuries, voulant consacrer ma journée à mes chevaux, dont Houroun que je considère comme tel tellement je me suis attachée à cette petite frimousse. Un nouveau licol taille full de couleur bleu marine sur l'épaule, je m'avance jusqu'au box d'Houroun, le découvrant vide. Mon cœur saute dans ma poitrine et je commence déjà à imaginer le pire. Par acquis de conscience je décide de faire un tour des écuries à la recherche de l'étalon. Je le retrouve quelques mètres plus loin, dans une toute nouvelle annexe avec des boxes plus grands en compagnie d'Aaron, le bel étalon alezan et de Carpe Diem. Soulagée, je vais à lui et lui tends ma main, le laissant jouer avec ses lèvres dans ma paume. Je reste quelques minutes à apprécier sa présence avant de rentrer dans son box et de lui présenter son licol tout neuf. Houroun n'y fait pas de différence et me laisse lui enfiler son licol, passant la têtière derrière ses grandes oreilles. Aussitôt, je le sors du box et vais l'attacher en face à l'anneau d'attache le temps de revenir d'être partie chercher mon kit de pansage et une longe car aujourd'hui, j'ai bien l'intention de l'initier!

De retour aux cotés d'Houroun qui n'a pas bougé d'un poil et qui s'est même mis en position confortable, relevant un postérieur sur la pointe du sabot, je dépose ce que j'ai amené avec moi et amorce le pansage. Je m'attaque à sa robe avec l'étrille, laquelle j'ai déjà remarqué qu'il appréciait ses massages, et frotte en formant des cercles. Houroun à déjà perdu la quasi totalité de son poil de bébé mais il lui reste cependant quelques petites plaques où son poil n'a pas encore entièrement mué. Je m'attarde sur ces zones en question de sorte à faire tomber le plus de duvet possible. Je continue en passant avec le bouchon, insistant sur les tâches jaunâtres sur ses balzanes et sur son petit nez, là où la liste est un peu sale. Houroun se laisse manipuler sans aucun problème, je peux donc passer la brosse douce, faisant voler la poussière restante au dessus du dos de l'étalon. Je m'apprête ensuite à brosser ses crins. Sa masse capillaire ayant bien poussée, je vais avoir à faire au démêlant, chose que le trotteur ne connait pas encore. Je décide d'y aller doucement et donne des coups de démêlant directement sur la brosse, juste à coté de l'étalon attentif. Houroun se redresse un peu suite au bruit inattendu mais ne semble pas perturbé d'avantage. Je flatte son encolure et commence à démêler ses crins noirs. Je remets un coup de produit pour brosser la queue et cette fois Houroun ne vibre pas d'un cil. Je le félicite par une petite tape amicale sur la croupe avant de m'affairer à mon travail. Viens ensuite la fameuse histoire des sabots. Heureusement, avec le temps Houroun s'est décidé à les donner sans faire d'embarras mais il lui arrive encore de temps en temps de les reposer violement au sol sans prévenir. Je m'empare du cure pieds et demande le premier antérieur. Houroun me donne rapidement son pied et me laisse le curer sans problèmes. Lorsque je me redresse je n'hésite pas à féliciter l'étalon avant de passer au sabot suivant. J'arrive rapidement au dernier pied, l'antérieur droit. Houroun me donne sa jambe sous ma demande et ne tente pas de me le reprendre. Au moment où j'espère qu'il a effectué un sans faute, le bai veut se retourner vers moi pour m'observer, faisant bouger ses autres sabots, oubliant que je suis occupée avec l'un d'eux. Surpris de ne pas savoir se déplacer comme il le souhaite, Houroun manque de tomber à genoux, reprenant son sabot que j'ai dans la main de justesse. Comme si de rien était, il me regarde de ses grands yeux marrons avec étonnement. Je secoue la tête et lui redemande le sabot afin de terminer mon travail. Le pansage clos, j'attache une longe plus grande au licol d'Houroun et le guide jusqu'au rond de longe, prenant une chambrière qui traine devant l'un des boxes en passant.

Houroun et moi entrons dans le rond de longe. L'étalon ne semble pas perturbé par l'environnement qui l'entoure car je l'ai déjà amené ici à plusieurs reprises lorsque je venais jouer avec lui ou lui demander de réaliser de petits exercices distrayants comme nous avions l'habitude de le faire. Houroun se trouve à l'arrêt à coté de moi et je lui demande de me suivre, claquant de la langue pour le stimuler. Nous évoluons côte à côte en longeant les murs du rond de longe, le trotteur adaptant son allure à mon rythme. Je le félicite même si le fait de suivre en longe n'a jamais été réellement un problème pour lui. On va commencer par une approche, je demande à Houroun un arrêt qu'il effectue correctement, s'arrêtant à une foulée de distance d'où je me trouve. Je le récompense d'un morceau de carotte et commence à m'éloigner peu à peu de lui, cherchant à ce qu'il ne me suive pas. Evidement, Houroun ne me laisse pas le temps de reculer de trois pas qu'il se met déjà à avancer vers moi. Je m'arrête et lève la chambrière en lançant un solide "non!". Surpris, Houroun s'arrête net et observe la chambrière que je tiens en main, louchant un peu. Malgré la situation, je n'arrive pas à garder mon sérieux et éclate de rire, entrainant les oreilles du yearling virevoltant dans tous les sens. Je recommence une nouvelle fois, toujours la chambrière à hauteur élevée et me recule de plusieurs pas. Cette fois Houroun reste sagement à sa place jusqu'à ce que je m'arrête, il fait signe de vouloir venir vers moi. "Non!" dis-je de nouveau en agitant légèrement la chambrière. Je parviens à obtenir ce que je veux et commence à voyager autour d'Houroun, cherchant toujours à ce qu'il reste à sa place. L'étalon à encore du mal à se détacher de moi et tente à plusieurs reprises de me rejoindre, mais j'arrive assez facilement à le remettre à sa place avec des ordres vocal et une petite agitation du bâton magique qu'on appelle plus communément la chambrière. Une fois que réussi à le maintenir à l'arrêt pendant plus de deux minutes, je reviens face à lui et lui offre un second morceau de carotte tout en approuvant ses exploits de la voix.

Maintenant qu'il semble avoir plus ou moins compris que mon but était de m'éloigner de lui, je vais essayer de le garder à distance tout en lui demandant de marcher le long des parois. De nouveau je le fais marcher sur la piste, marchant à coté de lui. Petit à petit je traine le pas et m'éloigne en me rapprochant de l'intérieur du cercle. De caractère fonceur et très indépendant, Houroun ne met pas bien longtemps avant de comprendre qu'il doit continuer à avancer. Lorsqu'il risque de me retrouver, j'effleure son épaule du bout de la chambrière, se qui suffit amplement pour le remettre à sa place. Je réussis à gagner le centre du rond de longe tout en ayant un cheval au pas sur la piste. Je l'encourage de la voix, très fière de lui. Puis, je lui demande de s'arrêter, ce qui s'avère être un peu plus compliqué. Houroun continue sa marche sans fin sans m'écouter. Je donne de petits à-coups de pression sur la longe et place ma chambrière à l'avant de son poitrail tout en lui demandant un arrêt. Après maintes tentatives, Houroun retombe à l'immobilité, tournant la tête vers moi. Je vais jusqu'à lui et le flatte, le faisant changer de main en le tenant par le licol. Je recommence le même exercice qu'à la main antécédente et le bai comprend beaucoup plus vite, se retrouvant à marcher seul sur la piste en moins de trois minutes. Je ne m'arrête pas d'être présente oralement, le félicitant et le grondant lorsqu'il en a besoin. J'ai déjà entendu dire que les jeunes chevaux ne devait pas travailler longtemps à l'intérieur et après avoir vérifier ma montre, je constate que cela fait déjà plus de quarante cinq minutes que nous sommes en piste. Je conclus la séance là pour aujourd'hui et demande un arrêt à Houroun, procédant de la même façon qu'à main gauche. L'étalon met moins de temps à comprendre et s'arrête, me laissant venir jusqu'à lui. Je le récompense et raccourcis la longe avant de reprendre le chemin des écuries.

De retour au box, j'enlève le licol à Houroun qui part instinctivement se désaltérer. Je dépose les deux autres morceaux de légume qu'il me reste dans les poches et accorde quelques caresses au bai. La prochaine fois on tentera ce qui m'effraie le plus avec un trotteur : le trot. Généralement si il est pris assez tôt, Houroun devrait se comporter comme tout autre cheval, mais je suis assez angoissée à l'idée de lui demander le trot, le voyant déjà accélérer de plus en plus vite et ne pas savoir le stopper. Bref, ça ne sert à rien de pleurer avant d'avoir mal de toute façon, je verrais bien en temps voulu. Je dépose un baiser sur l'encolure de mon compagnon et m'en vais, ayant encore une longue journée devant moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mer 24 Fév - 21:05

P o u l a i n      f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


trois allures en longe, suite.

C'est le grand jour, le jour J! Il est temps de rejoindre les écuries d'Houroun pour l'amener trotter au rond de longe. Bien sûre, je ne suis pas emballée par l'idée, mais plutôt anxieuse. Houroun est un trotteur et qu'est ce qui découle de ce mot? Trot. J'imagine déjà l'étalon prendre le trot et s'emballer de plus en plus vite, me trainant derrière lui et ne sachant plus l'arrêter. Je déglutis. Il faut que je commence en confiance, si je pars sur de bonnes bases, le résultat ne pourras être que positif. J'arrive au box du bai et l'appelle par son nom. L'ayant laissé tranquille quelques jours, il ne se doute pas de ma visite et semble surpris de me retrouver là, debout devant son box. Il fait tout de même mine de s'approcher et me laisse le caresser. Je le repousse gentiment afin de pouvoir me glisser à ses cotés et lui enfiler le licol. Une fois bouclé, j'ouvre la porte et claque une fois de la langue pour l'inciter à me suivre.

Houroun correctement attaché devant son box, je commence mon pansage sans me soucier de ses réactions à présent. N'étant pas très sale en restant au box, je ne tarde pas à échanger mon étrille contre le bouchon. Insistant bien sur ses balzanes et sur sa liste. Alors que je fais glisser la brosse sur sa tête, Houroun ferme les yeux et lâche un soupir de bien être. Je souris et dépose un baiser sur son chanfrein avant de continuer. J'enlève la poussière de sa robe avec la brosse douce, décrassant au maximum sa croupe qui semble énormément poussiéreuse face au reste. Je continue et m'aventure à appliquer le démêlant directement sur ses crins cette fois. Tout en lui parlant, j'approche le produit et appuie sur la gâchette, faisant sortir le liquide en jet sur les crins noirs du trotteur. Stupéfait, Houroun sursaute par surprise et tourne la tête vers moi. Je sifflote pour le rassurer et redonne un coup de spray, ayant toujours pour résultat un sursaut de l'étalon. Il va finir par s'y habituer. Je continue de donner quelques coups par-ci par-là et dans la queue avant de m'atteler à la tâche du démêlage. Afin d'achever ce pansage complet, je cure ses sabots, n'ayant pas de mal à les demander mais une fois encore à les garder... Je m'attarde un peu sur chaque sabot une fois curer et le garde en main afin d'habituer Houroun à laisser ses sabots en main le plus longtemps possible. Je le félicite et range mon matériel avant de troquer sa longe contre une longe de travail et de prendre la chambrière, direction le rond de longe!

Arrivés, nous entamons aussitôt le travail. Nous marchons côtes à côtes piste à main gauche et je m'éloigne assez rapidement de l'équidé alors qu'il continue de marcher seul sur la piste, me laissant rejoindre le centre du bâtiment sans problème. Je le félicite de la voix et le laisse marcher encore quelques minutes pour qu'il se souvienne bien des bases que nous avons appris la dernière fois. Je demande un arrêt à Houroun, sans utiliser la chambrière et m'aidant uniquement de l'ordre vocal. Je vois ses oreilles bouger, signe qu'il m'entend mais ne réagit pas pour autant. Je reprends mon bâton magique et redemande un arrêt, positionnant la chambrière au devant du cheval. Assez rapidement, Houroun stoppe et se tient immobile. Je le félicite en poussant un petit cri de gaieté et raccourci petit à petit la longe pour le ramener jusqu'à moi, l'éloigner grâce à la chambrière et le faire ainsi changer de main. Je suis surprise qu'il comprend assez facilement ce que je lui demande, marchant à présent sur la piste à main droite. Je retente un arrêt et suite à ma parole, Houroun ralentit de sorte à avancer un mouvement après l'autre, très doucement. Je hausse les souris et continue de lui demander un arrêt en répétant des 'oooooh' descendants. Au bout d'un peu d'insistance, Houroun s'immobilise. Je sautille sur place avant de le rejoindre, lui offrant un crouton de pain sec. C'est déjà beaucoup de progrès! Maintenant qu'on a revu les acquis, on va pouvoir se lancer au trot.

De retour à ma place, je demande le trot à l'étalon et bien évidement, il ne répond pas à ma demande. Je viens m'aider de la chambrière en l'agitant derrière lui tout en continuant de parler et Houroun prend l'allure supérieure, sautillant de temps à autre, la queue en panache. Il va assez vite mais pas autant que ce que à quoi je m'attendais, au final, ce n'est pas être pas si terrible que ça. Je souffle des 'oh' pour lui demander de ralentir l'allure. Toujours dans un grand trot, Houroun recoupe de plus en plus son cercle alors je le chasse à plusieurs reprises en faisant voler la longe devant son nez et de la chambrière qu'en je juge en avoir besoin. Au bout de cinq grosses minutes Houroun se calme peu à peu et a adopter un trot plus calme qu'on pourrait qualifier de trot de travail. Je le félicite perpétuellement de la voix : "Ouiii, c'est bien mon grand!" Je lui redemande un passage au pas et il comprend rapidement grâce à l'ordre vocal 'oooohooh', je pense qu'il fait plus le rapprochement que de demander l'ordre 'arrêt'. Une fois au pas, je le fais changer de main et le relance au trot à gauche d'une agitation de chambrière accompagnée d'un claquement de langue. Houroun trotte encore avec beaucoup d'amplitude mais il est plus sage et détendu qu'à l'autre main, se calmant au fil des foulées pour tomber dans un trot correct. Je parviens à le faire revenir au pas et puis à l'arrêt, tout ça sur un demi-cercle seulement! C'est déjà bien, mais nous essayerons qu'il réagisse plus vite par la suite. Je le ramène à moi et félicite généreusement, gratouillant son chanfrein comme j'en ai l'habitude. Je ne veux pas éterniser la séance, surtout pour un jeune poulain tel Houroun et décide de nous arrêter là pour aujourd'hui, retournant vers les écuries où je lui accorde un pansage pour sécher sa sueur, laissant des friandises dans la mangeoire avant de m'en aller.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maioral
Admin à la mayo
avatar

Messages : 2294
Date d'inscription : 10/07/2014

Info'
Trèfles:
19/100  (19/100)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Jeu 25 Fév - 11:51

+ 4 en soins
+ 3 en confiance

+ 6 en débourrage (Longe aux trois allures 6/10)

+ 9 Trèfle

_________________
The problem with depression is
-You know you’ll be ok, but you still feel awful.
-You know people love you, but it doesn’t feel like they do.
-You know doing something will make you feel better, but you just don’t know how to.
-You want to be well, but you just can’t seem to get there.

Under ~ Grenadine ~ Teddy

Résumés ♪

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Ven 26 Fév - 21:20

P o u l a i n    f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


trois allures en longe, suite.

Après un jour de repos pour le jeune étalon, je reviens aux écuries ayant bien en tête de lui demander le galop à la longe. Au final c'est peut-être ça qui va nous poser le plus de problèmes, lui demander le galop sans qu'il soit tenter à accélérer le trot... Je pars tout de même sur une idée objective et arrive au box du bai qui broute sa paille. Je fronce les sourcils et entre à ses cotés, lui enfilant le licol. Je vais aller le faire brouter quelques minutes l'herbe de dehors, ça lui fera du bien je pense, car au point de brouter sa paille, il doit vraiment avoir envie de manger! Je marche dans l'allée avec Houroun et nous sortons des écuries, nous arrêtant au premier parterre d'herbe venu. Houroun est très attentif au monde qui l'entoure et ne cesse d'observer tout ce qui peut faire du bruit où qui est en mouvement. Je fais glisser ma main libre sur son encolure et donne une petite pression vers le bas avec la longe, l'invitant à baisser la tête. Ayant vite compris, l'étalon baisse l'encolure et commence à arracher l'herbe avec ses dents pendant que je continue de le caresser. Je souris en le voyant prendre de grosses bouchées et continuer d'en fourrer dans sa bouche alors qu'il n'a pas terminé de mâcher la précédente. Je le laisse paitre quelques minutes puis reprends la longe plus courte, l'attirant vers moi pour retourner à l'aire de pansage.

"Allez mon grand, on reviendra si tu veux, mais pour l'instant on a d'autres choses plus importantes à faire!" Lui dis-je alors qu'il se précipite de prendre une dernière bouchée avant de relever la tête et de me suivre docilement.

Houroun est resté calme pendant l'entièreté de son pansage malgré que j'y ai passé du temps et n'a pas rechigné à me laisser ses pieds le temps que je lui cure. Cette bonne action a mérité une récompense. Tout en le laissant croquer sa friandise, je change de longe et opte pour une plus longue, sans oublier ma chambrière puis d'aller jusqu'au rond de longe. Une fois arrivés, j'entame directement le travail en amenant Houroun sur la piste, seule cette fois, je pense qu'il a bien compris le principe. Houroun marche sur la piste alors que je me trouve loin de lui et fait même mine de tenir son encolure mi-basse. J'essaie de ne pas le gêner pour qu'il ne quitte pas cette bonne posture, mais je me dois de le ramener à moi pour le faire changer de main afin qu'il échauffe ses muscles et ses tendons à l'autre main. Je l'installe ensuite au trot en donnant un claquement de langue et un petit effleurement de chambrière sur ses postérieurs. Comme la dernière fois, il démarre un peu vite, déployant de longues foulées. J'essaie de le calmer en parlant et y arrive au bout de trois tours, Houroun se déplace à présent dans un trop régulier, souple et surtout tranquille. Je ne m'arrête pas de l'encourager et remarque qu'il ne quitte pas la piste comme il l'avait fais lors de notre dernière séance. Il progresse de jour en jour, c'est hallucinant. Dés qu'Houroun a suffisamment trotter à cette main, je remets les transitions au goût du jour et suis relativement impressionnée lorsqu'il ralenti jusqu'à s'arrêter, sans que j'ai eu besoin d'user ma chambrière en tant que frein. Je le fais revenir à moi et prends bien mon temps pour le féliciter avant de le relancer sur la piste au trot à main gauche. Toujours par ordre vocal, je fais ralentir Houroun et le fais repasser au pas, puis à l'arrêt. Lui demandant ensuite de reprendre le trot. Il repasse par le pas entre les deux mains réagit assez vite alors je n'en fais pas toute une affaire et le laisser progresser à sa cadence.

Une fois qu'il semble correctement échauffé je laisse le bai marcher pendant plusieurs minutes avant de le relancer au trot sur un cercle. Houroun semble beaucoup calmé par rapport au début de séance et trotte sans accélérer d'avantage. Je demande le galop à Houroun mais il se contente d'allonger ses foulées alors avant qu'il ne parte de trot dans son délire de trotteur et que je ne sache plus le récupérer, je lui redemande une transition au pas afin de le remettre calmement au trot. Une fois que je le sens posé et attentif, je lui demande le galop d'un ordre vocal et viens claquer la chambrière contre le sable du rond de longe. Un peu précipité, Houroun prend tout de même le galop et je le rappelle assez souvent à l'ordre pour qu'il garde la cadence en ne retombe pas dans l'allure inférieure. Ne cherchant pas à le fatiguer de trop je lui redemande une transition au trot et ensuite au pas avant de le changer de main et de lui demander le galop exactement de la même façon qu'à l'autre main. Houroun prend le trot mais parvient tout de même à tomber dans un galop rythmé. Je le félicite de la voix et le laisse galoper le long des parois sans intervenir. Je n'étends pas la séance et refais passer l'étalon aux allures inférieures, terminant transpirant. Nous rentrons aux écuries où je le frictionne avec de la paille pendant qu'il déguste les fruits que je lui ai déposé dans sa mangeoire, lui accordant ensuite un massage du garrot de quelques minutes avant de m'en aller et de le laisser se reposer de son premier galop.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Dim 28 Fév - 13:57

+ 3 en soins
+ 2 en confiance

+ 3 en débourrage (Longe aux trois allures 9/10)

+ 3 Trèfle
MàJ

comme Whappa m'a demandé, je note son résumé
Revenir en haut Aller en bas
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Dim 28 Fév - 16:26

P o u l a i n     f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


trois allures en longe, suite.

Suite au nouveau fer que je venais de réussir avec brio, j'ai beaucoup été demandé pour des débourrages dont celui de la belle Arobase et d'Eshara. Mais je n'oublie pas Houroun pour autant, que du contraire, ce grand équidé reste ma priorité principale! J'arrive à son box en l'appelant, il reconnait le son de ma voix et frémit des naseaux en s'approchant de la porte. Je continue de lui parlant et passant mes mains sur son chanfrein, ce qu'il semble l'apaiser car il baisse la tête et fait mine de fermer les yeux. Rapidement, je prends le licol pendant un ou deux crochets plus loin et entre dans le box de l'étalon pour lui enfiler. Très docile pour un cheval de son âge, Houroun me suit jusqu'à l'air de pansage mes bien sûr, pas sans se trébucher lorsqu'il sort de son box pour marcher sur le béton lisse de l'allée. J'ai laissé ma boite de pansage à proximité vu que je viens le voir assez régulièrement, c'est plus facile. Je lui accorde un pansage correct mais sans trop m'attarder tout de même car j'ai encore beaucoup de travail aujourd'hui et je ne dois pas perdre mon temps. Je finis par lui mettre une longe de travail au licol et nous partons au rond de longe, comme c'est devenu notre petit quotidien de ces derniers jours.

Je m'assure que l'espace de travail est libre avant d'entrer, suivie de près par le bai. Je l'arrête et lui accorde une caresse avant de me retourner pour fermer la barrière. Je rejoins le centre du cercle et Houroun reste de lui même sur l'extérieur, à deux mètres de la piste. Je lui demande le pas d'un claquement de langue et très coopératif, il obéit, marchant à son aise à main droite. Après plusieurs tours, Houroun baisse légèrement le port de son encolure et semble étirer sa colonne, je ne le dérange pas le temps qu'il termine et une fois fait, je le change de main pour échauffer gentiment et équitablement des deux cotés. Je le fais marcher quelques tours avant de lui demander le trot à cette même main et Houroun démarre calmement, d'où moins beaucoup moins dans tout les sens et désordonné comme les dernières séances. Houroun n'a pas de mal à maintenir l'allure mais je me dois de lui demander un retour au pas afin de la faire changer de main. L'étalon obéit docilement et me laisse le faire changer de sens, repartant au trot sous ma demande. Je joue régulièrement sur des transitions descendantes et jamais inversement, ne voulant pas l'inciter à trouver son instinct de trotteur. A ma plus grande surprise, il réagit rapidement aux demandes, s'exécutant sur au maximum un quart du périmètre du rond de longe. Je le félicite de la voix et me permets même de le rejoindre afin de lui offrir un sucre. Je vois que jusqu'ici tout ce passe bien, on va donc pouvoir se lancer au galop.

Le bai démarre dans un trot aérien et très rebondissant, cherchant à impressionner je ne sais qui, ... moi peut-être? Je sifflote et parviens à le calmer, le conservant dans un galop calme. Je le fais galoper à l'autre main et m'aide de la chambrière pour le faire démarrer car il semble ne pas intéressé aux ordres que je lui demande. Une fois le cheval au galop, je le félicite de la voix et le laisse progresser de la sorte, ne mettant pas de pression ni trop de relâchement sur la longe qui nous relie. Je le repasse au trot en observant de la sueur commencer à perler sur son poitrail et le bas de son encolure. Je demande ensuite plusieurs transitions trot-pas, pas-trot qu'il exécute correctement. J'ai pu le tester sur tout ce que nous avions vu jusqu'à maintenant et Houroun semble avoir bien assimilé les différents ordres, nous pourrons donc passer à autre chose dés la prochaine séance. Je le laisse marcher afin qu'il reprenne son souffle et finis par le ramener à moi au bout de quelques minutes, ne m'arrêtant pas de lui tapoter amicalement l'épaule en rentrant jusqu'aux écuries.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maioral
Admin à la mayo
avatar

Messages : 2294
Date d'inscription : 10/07/2014

Info'
Trèfles:
19/100  (19/100)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Lun 29 Fév - 17:31

+ 1 en confiance
+1 en soins

+ 1 en débourrage (Longe 10/10)
+ 2 en longe

+ 3 Trèfle

Gains pour objectif réussi : 10 pts compétence (je te laisse les mettre) MàJ

_________________
The problem with depression is
-You know you’ll be ok, but you still feel awful.
-You know people love you, but it doesn’t feel like they do.
-You know doing something will make you feel better, but you just don’t know how to.
-You want to be well, but you just can’t seem to get there.

Under ~ Grenadine ~ Teddy

Résumés ♪

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mer 2 Mar - 20:03

P o u l a i n   f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


port du filet et de la selle.

Le débourrage d'Houroun se déroule plutôt rapidement, ce qui me réjouit. Nos dernières séances de longe n'avaient cessé d'évoluer dans le bon sens et j'en jugeais maintenant que l'étalon était apte à passer à l'apprentissage suivant : le port de la selle et du filet. Je n'appréhende pas réellement cette étape, le pire est passé d'après moi, je n'étais vraiment pas rassurée les premières fois en longe... J'ai réussi à dégoté du vieil harnachement à la sellerie du Haras, un matériel usagé mais tout de même en bon état et qui ne sert à personne. Je l'ai ramené chez moi et l'ai correctement nettoyé et entretenu afin de pouvoir m'en servir avec Houroun le temps qu'il termine son débourrage, ensuite je les remettrais à sa place et lui achèterai du matériel spécialement pour lui, mais nous n'en sommes pas encore là! Les bras bien chargés, j'arrive à proximité du box d'Houroun, me déchargeant sur la porte de son box. Je replace une mèche de cheveux derrière mon oreille et souffle un coup avant de relever la tête vers le bai qui semble déjà m'avoir repéré, des points d'interrogation pleins les yeux alors qu'il scrute le matériel. Je l'appelle et ouvre la porte pour ne pas être gênée, lui caressant longuement le chanfrein en guise de bonjour. Qui dit essai du matériel ne dit pas négligence du pansage! J'enfile son licol à Houroun et le sors jusqu'à l'attache, prenant bien mon temps pour le panser, insistant à l'endroit de la selle et du filet.

Pour ce premier jour, j'ai simplement pris le matériel de base : un tapis, la selle, la sangle et le filet avec mors simple. J'envisagerai les guêtres, l'amortisseur ainsi qu'un collier de chasse par la suite si Houroun semble en avoir besoin. Pour ce qui est du mors on va commencer par un simple et une fois que je monterai dessus, je me rendrai vite compte s'il ne convient pas. Je commence par m'emparer du tapis de selle et le laisse bien sentir à l'étalon qui ronfle des naseaux. Je souris et le laisse faire, venant petit à petit frotter le tissu sur son poitrail et le faisant glisser jusqu'au flanc. J'observe le bai du coin de l'œil et remonte le tapis en douceur, venant le déposer sur son dos. Il ne parait surpris, alors je décide d'agir avec plus de franchise. Je retire vivement le tapis et le pose sur son dos, comme-ci s'était déjà chose acquise. Houroun sursaute et affaisse ses hanches. Je souris, tout de même contente qu'il réagisse un peu! Je le caresse et recommence plusieurs fois l'opération, agitant le tapis sur son dos, le faisant glisser jusqu'à ce qu'il se tienne tranquille. Je le félicite, gratouillant les poils sous son toupet d'une main tout en lui offrant un sucre de l'autre.

"C'est très bien mon grand!" Lui dis-je alors que je lui accorde encore deux petites minutes de 'massages'.

J'ai fini par laisser le tapis sur le dos du cheval qui se tient tranquille, on va donc pouvoir surenchérir avec la selle. Je la prends sur mon avant bras et la montre à Houroun qui, très curieux, la détaille sous tout les angles. Je lève les quartiers et lui laisse sentir les contre-sanglons, reprenant la selle à temps vu qu'il s'apprêtait déjà à en choper un entre ses dents. Je la pose sur son dos et l'ajuste à sa place alors qu'il se raidit. Je sifflote constamment pour l'apaiser, ce qui semble fonctionner. Je recommence l'opération à succession et termine même par dégaroter le tapis, sentant le cheval rassurer. Je lui flatte l'encolure et me retourne pour prendre la sangle, par chance j'ai bien évalué la longueur, elle à l'air correcte à priori. Je l'attache au premier trou à gauche, la glissant dans le passant du tapis de selle. La laissant pendre sur le cheval qui est entièrement immobile, je rejoins l'autre coté et l'attrape, commençant progressivement à mettre un peu de pression sur le ventre d'Houroun en tirant un peu dessus. L'étalon agite les oreilles et regarde successivement à gauche, puis à droite avant de se retourner vers moi. Je souris et la taquine d'un doigt sur le bout du nez avant de continuer de sangler. Je sangle au premier trou mais bien évidement c'est beaucoup trop lâche, je monte donc jusqu'au deuxième, ayant une crispation de la part d'Houroun. Je fais glisser ma main sur son épaule avant de passer sous son encolure, me retrouvant ainsi du coté gauche afin de continuer le sanglage. Je monte graduellement de la sorte jusqu'à ce qu'Houroun soit correctement sanglé, par chance pour moi il ne semble pas encore avoir déclencher le symptôme du "je gonfle mon ventre pour t'ennuyer", touchons du bois! Je le félicite énormément, lui offrant un second sucre. Je commence à jouer avec les étriers sur son dos, faisant claquer les étrivières mais Houroun ne semble pas perturbé mise à part qu'il à sursauter la première fois. Je le félicite et détache sa longe pour l'amener faire un tour de l'écurie afin qu'il se sente à l'aise à marcher avec la selle sur le dos.

Une fois de retour à l'attache je constate que la longe s'est légèrement détendue, j'en profite donc pour ressangler. Aucune réaction désagréable d'Houroun, donc je le félicite avant de tout lui retirer, me disant qu'on va s'arrêter là pour aujourd'hui, le filet pourra très bien attendre demain et je ne veux pas le presser. Je dépose la selle à terre et rentre le bai au box, lui ôtant son licol à son tour et le laissant aller brouter à son foin. Je reprends tout mon matériel avant de partir et par le déposer dans un casier vide de la sellerie des stabules afin de l'avoir à portée de main dés la prochaine séance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Ven 4 Mar - 21:36

P o u l a i n   f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


port du filet et de la selle, suite.

J'avance dans la fraicheur de fin d'hiver, le nez retroussé dans mon écharpe. Je passe par le sellerie pour prendre les cuirs d'Houroun avant de le rejoindre dans son box, situé dans l'allée à droite des stabules. Je dépose l'harnachement sur la porte du box comme lors de la dernière fois et appelle l'étalon d'un claquement de langue. Intéressé et ayant déjà vu le matériel précédemment il s'approche et me laisse le caresser affectueusement en guise de bonjour. Il me laisse rapidement rentrer auprès de lui et lui glisser le licol afin de pouvoir le sortir. Ayant pas mal de boulot devant moi pour ce début de week-end je passe par dessus le pansage et me promet de lui en offrir un digne de ce nom dés que j'aurai un peu de temps.

Bien attaché et complétement calme à l'attache, j'approche le tapis de selle du dos d'Houroun et le pose dessus sans méfiance. L'étalon tremblote au contact mais ne semble pas dérangé plus que ça alors je continue avec l'amortisseur, car oui cette fois j'ai pris la peine d'en emprunter un au haras. Je le pose correctement sur le tapis alors qu'Houroun reste docilement à l'arrêt. Je le félicite d'une caresse avant de prendre la selle et de la déposer sur son dos à son tour. Il piétine légèrement une fois que le poids lourd est sur son dos et fait quelques pas de cotés sur la droite avant de se stabiliser. Je lui parle pour ne pas l'effrayer et ajuste correctement la selle, dégarotant le tapis et l'amortisseur au passage. La sangle à portée de main, je m'en empare et commence à sangler à gauche au deuxième trou, prenant bien le temps pour contourner le cheval et l'observer alors qu'il reste bien tranquille. Je le caresse rapidement avant de récupérer la sangle sous son ventre et sanglant au deuxième trou de ce coté aussi. Toujours légèrement dérangé par la pression exercée sur son ventre le bai lève un antérieur mais finit par le reposer, voyant que je ne continue pas de sangler. Je laisse passer une bonne minute avant de ressangler jusqu'à arriver à un sanglage correct. Je flatte très affectueusement Houroun et défais le nœud d'attache, repartant pour un tour des écuries avec la selle sur le dos. Comme à son habitude le cheval se précipite et se trébuche à plusieurs reprises, mais à vrai dire je n'y prends plus véritablement attention.

Une fois l'étalon bien à l'aise avec la selle sur le dos nous revenons à l'air de pansage pour tester le port des guêtres. Je prends une des protections antérieures en main et m'accroupis pour venir la fixer sur la jambe du jeune cheval. Surpris, il lève l'antérieur avant que je n'ai eu le temps de l'attacher. Je le laisse le reposer de lui même et recommence l'opération, me dépêchant d'attacher les scratchs avant qu'il ne lève à nouveau le membre. Je flatte son épaule et lui mets la seconde guêtre où cette fois Houroun reste coopératif, ne levant pas l'antérieur. Je le félicite de plus belle et passe aux protèges boulets qui ne posent aucun problèmes. Je décide donc de l'emmener faire un aller retour de l'allée pour qu'il s'habitue à marcher avec et c'est très amusant au début vu qu'il lève exagérément les jambes, ayant encore l'air plus maladroit qu'au quotidien. Je m'esclaffe tout en le faisant marcher le long des boxes, venant l'attacher une dernière fois à l'attache pour passer à l'étape de la bride.

Je décroche le licol et le laisse sur l'encolure du bai en 'collier de chien', amenant le filet devant sa tête, tenant le mors de la main droite et la têtière de la main gauche. J'approche le mors de sa bouche et assez perdu, Houroun lève la tête, je me dois donc de lui tenir, une main posée sur le chanfrein, tout en soutenant la têtière. Je viens disposer le mors à l'entrée de la bouche de l'équidé, en contact avec ses dents. Forcée de l'aider, je viens chatouiller sa langue avec mes doigts et vite dérangé il ouvre grand sa mâchoire, me laissant ainsi y glisser le mors. Je m'empresse de passer la têtière derrière les oreilles et le laisse chipoter quelques minutes le temps de se familiariser avec cette nouvelle sensation et qui plus est, pas des plus agréable... Une fois qu'il semble s'y être habitué je viens serrer les différentes boucle et lui enlève son licol, donnant une légère pression vers l'avant à l'aide des rênes en espérant qu'il me suive. Très coopératif Houroun me suit malgré qu'il continue de grimacer avec le mors. Je claque de la langue pour qu'il comprenne qu'il doit continuer à me faire, procédant ainsi sur un aller et retour. Satisfaite, je rentre l'étalon au box et commence par lui enlever les guêtres afin de lui laisser le plus longtemps possible le filet et la selle à laquelle il semble déjà ne plus être réticent. J'enchaine ensuite par enlever la selle et termine par le filet, le laissant retourner à ses occupations journalières. Je le caresse et ne cesse de le féliciter, lui présentant deux carottes à tour de rôle. Une fois qu'il est correctement récompensé pour son bon comportement, je le laisse en paix et repars à la sellerie déposé le matériel que j'ai utilisé pour aujourd'hui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Sam 5 Mar - 23:11

P o u l a i n    f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


port du filet et de la selle, suite.

Contrairement aux jours passés, je m'en vais rendre visite à Houroun après être passée une petite heure auprès d'Arobase et non l'inverse. Pour aujourd'hui le programme est plutôt léger, on va ré exercer une fois l'harnachement mais jusqu'ici Houroun a été assez coopératif et semble avoir bien compris les choses, la selle ne lui pose plus aucun problèmes et le mors en fin de séance commençait à se faire accepter peu à peu. J'arrive aux écuries en claquant de la langue bien avant d'arriver au box de mon protégé. Houroun eu une réaction totalement inattendue, quelque chose qu'il n'avait encore jamais fait avant, il hennit tout en me regardant arriver. La bouche entrouverte, je continue d'avancer, les larmes perlant aux coins de mes yeux. Je lui caresse le chanfrein et dépose mes lèvres dessus, profitant de ce moment entre lui et moi. Le cheval semble très à l'aise en ma présence, reposant sa tête sur mon épaule et me laissant lui frictionner l'encolure avec mes mains comme bon me semble. Tristement, je romps le contact afin de pouvoir entrer dans le box, le licol déposer sur l'épaule. Je fais un petit tour de son corps, passant mes paumes dessus comme autrefois jusqu'à ce que j'arrive à nouveau à hauteur de sa tête, lui bouclant le licol. Je le sors du box et le fais marcher le long de l'allée pour qu'il se dégourdisse les jambes avant de revenir dans le but de l'attacher d'un nœud coulant dans l'espace de pansage.

Je m'affaire à un rapide pansage de la robe, brossant le poil à rebrousse poil avec le bouchon avant de repasser un coup dans le sens du poil cette fois. J'ai passer outre l'étrille vu qu'en restant au box, Houroun n'en a pas spécialement besoin... Je continue en donnant un coup de brosse sur sa jolie robe bai, enlevant le surplus de poussière et faisant tomber à nos pieds les poils morts qui, vu la saison, commencent tout doucement à tomber. Je sifflote en fignolant mon pansage en démêlant soigneusement ses crins noirs que je me devrais de trimer une fois qu'il aura pris quelques mois et de l'assurance en plus. Je conclus le nettoyage en curer ses sabots, proprement et sans problèmes, les enchainant les un après les autres. Sans perdre plus de temps j'amène mon vieux tapis de selle ainsi que l'amortisseur d'une traite sur le dos du cheval qui n'a plus aucune réaction. Je le félicite et y dépose ensuite la selle, Houroun restant toujours immobile. Je lui caresse l'encolure plusieurs secondes avant de commencer à sangler d'un coté, contournant le cheval et continuant de sangler en n'y allant pas de main forte. Houroun a un lever mouvement de tête, relevant l'encolure mais rien de plus. Il me laisse fixer la selle sur son dos et lui mettre les guêtres sur ses membres, levant uniquement le premier antérieur avant de s'habituer et de me laisser continuer facilement par la suite. Je le félicite à plusieurs reprises avant de m'emparer le filet pour le brider, lui enlevant le licol tout en positionnant le mors à l'entrée de sa bouche. La mâchoire crispée, il doit surement se souvenir de la sensation du mors dans sa bouche alors je l'aide à l'ouvrir, chatouillant sa langue afin d'y glisser le mors et de serrer correctement les différentes boucles par la suite. Houroun grimace encore légèrement avec le mors dans la bouche mais de façon beaucoup moins prononcée que la veille. Je le félicite et l'invite aussitôt à me suivre, ce qui lui fait directement pensé à autre chose et arrête de jouer avec son mors. Après plusieurs marches qui se sont déroulées sans aucun inconvénient je le rentre au box pour pouvoir le déséquiper. Houroun me laisse lui retirer son harnachement sans s'impatienter et attend sagement que je vienne jusqu'à lui pour lui donner le reste de pommes qu'il me reste. Pendant qu'il mange goulument ses fruits, je lui malaxe le garrot afin de lui offrir quelques minutes de relaxation bien méritées. Je termine par lui déposer un bisous sur le haut de l'encolure, sortant du box et repartant mais je sens un regard insistant derrière moi. Je me retourne alors et découvre Houroun en train de me scruter du regard, ce qui me décoche un sourire aux lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mar 8 Mar - 19:41

P o u l a i n    f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


monte en sac à patates.

Je suis heureuse, complétement épanouie. Tout se passe pour le mieux dans ma vie en ce moment, la saison de concours avait débutée avec Délicate et Quelquefois et nous faisions d'assez bons résultats, de plus le débourrage d'Houroun touchait peu à peu à sa fin, me remplissant de bonheur. Aujourd'hui ça allait être un grand jour de nouveau, j'allais me mettre sur son dos! Enfin... en sac à patates, mais sur son dos tout de même. Pour cette étape j'avais besoin d'une personne pour me seconder et tenir l'étalon pendant que je me trouvais dessus. J'ai d'abord demandé à mon amie maioral mais elle m'a avouer être débordée. Un peu minable, je m'apprêtais à partir lorsqu'elle me retint par le bras en me disant qu'elle allait me trouver quelqu'un pour venir à mon aide, je n'avais qu'à lui donner le lieu et l'heure et tout serait réglé. C'est ce que je fis. J'allais donc débourrer mon trotteur avec une seconde personne jusqu'à la fin, en espérant que j'allais tomber sur une personne aimante et réactive, une fois encore je m'attendais au pire...

Je passe les détails de ma réflexion et arrive au box de mon favori en claquant de la langue, comme à mon habitude. J'entendis du remue-ménage dans son box avant de le voir pointer le bout de son nez, tout fier et fringuant en frémissant des naseaux. Je ne pu m'empêcher de sourire et de le caresser tout en le saluant. Houroun est un poulain vraiment attachant et puis je pense qu'il a prit goût à nos petits câlins habituels, fermant toujours les yeux lorsque je viens lui frotter le chanfrein. Je le fais reculer ensuite pour pouvoir entrer dans ses quatre murs, prenant le licol bleu acier en passant. Habitué à le porter, Houroun vient passer son nez dans la muserolle et baisse légèrement la tête pour me laisser le boucler. Je le caresse afin de le remercier et viens l'attacher à l'anneau afin de lui faire un rapide pansage de bien être. Je commence par le bouchon, n'étant pas bien sale et régulièrement nettoyé, le bai n'avait pas besoin de beaucoup plus. Je fignole ensuite avec la brosse douce et la brosse à crins, ces derniers ayant pris un aspect très souple et brillant suite aux coups de spray réguliers que je mettais dedans. Je termine mon pansage en lui curant les pieds. Il réagit très bien lorsque je lui demande l'ordre vocal "pied" tout en lui tapotant le dessus de la jambe et de plus, il ne cherche plus à reprendre ses sabots pour retrouver sa stabilité. Je pense que tout ses enfantillages sont véritablement terminés désormais. Maintenant que j'ai devant moi un cheval bien propre je commence à l'équiper de matériel que j'ai antérieurement amené jusqu'ici. Pour la première fois que je monte l'étalon, je compte marquer l'occasion en l'équipant d'un beau tapis rouge flamboyant avec une bordure tressée noire, de quoi détourner plus d'un regard. Je pris la peine de lui mettre un amortisseur en mouton avant d'y venir déposer la selle et de sangler. Sage, Houroun se laisse faire lorsque je le bride et boucles les cuirs. Je vérifie une fois le sanglage avant de vérifier ma montre, je vais être juste dans les temps pour mon rendez-vous au manège! J'enfile ma bombe et néglige la paire de gants, ne pensant pas en avoir besoin pour aujourd'hui avant de prendre les rênes du bai et de le guider jusqu'au manège.

Houroun sur mes talons, nous rentrons dans le bâtiment et en voyant que je suis la première à arrivée, je laisse la porte ouverte pour permettre à ma "main-forte" de nous voir en passant. N'étant venue qu'une fois dans le manège avec l'étalon et encore, il y a très longtemps... Je me décide à le faire marcher un tour de piste à chaque main, le tenant par la longue longe de travail que je suis venue attachée à son mors. Houroun ne semble pas perturber de passer du rond de longe à ce terrain beaucoup plus vaste et marche paisiblement, laissant la trace de ses sabots dans le sable. Voyant que nous sommes toujours seuls je commence à jouer avec des transitions ainsi que des allongements dans l'allure, une fois longeant la piste, l'autre doublant en plein milieu. Je suis tellement absorbée par ce que je suis en train de faire avec l'équidé que j'en oublie le reste, une toux rauque venant m'extirper de mes pensées. Je sursaute et arrête l'étalon, levant la tête en direction du bruit. Je retrouve un jeune homme adossé au pare-bottes, un genoux relevé. Il semble avoir la vingtaine d'années, les cheveux entre le blond et la châtain, un regard accrocheur, ... Il commence à parler, me ramenant une nouvelle fois les pieds sur terre.

"Très absorbée par le travail à ce que je vois." me dit-il avec un sourire en coin.
"Il faut ce qu'il faut, c'est un poulain!" Dis-je en m'approchant et reconnaissant ses traits au fur et à mesure.

Je le reconnais, je l'ai déjà vu! Il était à l'hippodrome il y à quelques jours sur un cheval bai si je me souviens bien... Perplexe, je l'observe en fronçant des sourcils et lui pose la question :

"Excuse-moi, tu ne montais pas un bai à sur la piste de course il y a un jour ou deux?"

Il se contente de me répondre en hochant la tête, maintenant toujours son sourire narquois. Je lui tends la longe de mon cheval et avance jusqu'au centre de la piste afin qu'il n'y ai pas d'obstacles environnant. Je lui fais signe de me suivre et je peux voir qu'il observe Houroun essayer d'aligner ses grandes quilles l'une après l'une. Je souris et les attends, ayant déposé une chaise en tant que montoir à coté de moi. Je me place sur la gauche du yearling et fais claquer les étriers, ce qui eu juste comme conséquence un tintement d'oreilles de la part de celui-ci. Je le félicite, toujours sous le regard attentif du grand blond et commence à mettre un peu de poids sur l'étrier en tirant dessus verticalement avec mes bras. Je mets de plus en plus de pression jusqu'à ce qu'Houroun réagisse et fasse quelques pas de coté. Je le caresse et lui chuchote quelques paroles avant de recommencer jusqu'à ce qu'il reste complétement immobile. J'amène ensuite la chaise jusqu'à lui et monte dessus, me sentant tout de suite supérieur aux deux êtres devant moi car en temps normal, je suis la plus petite. Un petit rictus de gloire se dessine sur mes lèvres mais je ne perds pas de vue mon objectif. Je me tourne vers le garçon qui me répond qu'il est prêt et je mets mon pied dans l'étrier, une fois encore y mettant du poids petit à petit. Ressemblant énormément à l'approche précédente, Houroun ne fait pas la différence et reste totalement immobile jusqu'à temps que je quitte des deux pieds la chaise et commence à donner des petits à-coups sur l'étrier en sautillant tout en douceur. Gêné par cette nouvelle sensation il fait un écart sur la droite de plusieurs mètres malgré le fait que mon aidant tente de le maintenir en place. C'est qu'il a de la force le gros bébé! Je mets pied à terre et décide de réessayer tout en y allant petit à petit, c'est de cette façon que les choses seront le plus facilement acceptées. Après de maintes reprises j'arrive enfin à agacer l'étalon sans que celui-ci ne bronche, ce qui lui vaut un grand nombres de caresses, même du blond qui continue toujours à le tenir. Haut perché sur mon étalon, j'observe autour de moi et semble hésité.

"Tu as peur?" Me dit-il en étouffant un petit rire.
"Mais non c'est pas ça! C'est juste que je n'ai pas l'habitude de monter un cheval aussi grand, je n'ai que des poneys et un petit pur sang anglais, rien d'aussi haut!" Lui répondis-je en me défendant.

Je crispe ma mâchoire en le voyant continuer à rire et me reconcentre sur mon travail. Je me remets en sac à patates sur son dos alors qu'il se laisse faire et le caresse bien partout, aussi bien sur l'avant que l'arrière main. Il ne réagit pas particulièrement mais je peux le sentir tendu sous moi, après tout il n'a jamais eu personne sur son dos. Maintenant que l'arrêt ne semble plus poser de problème, je demande au garçon de prendre le pas tout en le tenant bien, mais bizarrement je ne doute pas de lui malgré que je ne le connais pas. Il claque de la langue tout en donnant une légère pression vers l'avant et Houroun se met au pas, la tête haute et dans une position très inconfortable. Nous continuons à marcher jusqu'à temps qu'il s'habitue au poids et baisse sa tête de façon à la tenir mi- basse, une bien meilleure posture pour son dos! Je le félicite de petits tapes sur l'épaule dans le but de l'encourager. Suite à plusieurs tours de piste à chaque main nous finissons par nous arrêter et je mets pied à terre lentement, insistant bien en mettant du poids sur l'étrier mais à présent l'étalon ne semble plus perturbé. J'enlace mes bras autours de son encolure et le félicite, oubliant presque l'homme qui est venu m'aider aujourd'hui. Je me retourne vers lui et le remercie, le suivant jusqu'à la sortie pour rejoindre les écuries. Mais alors qu'il s'apprête à partir je l'appelle.

"Attends! Je t'ai remercier mais je ne sais même pas comment tu t'appelles..." Dis-je un peu mal à l'aise.
"Thomas. Me répondit-il avant de repartir, toujours ce sourire narquois collé au visage.

Il est assez mystérieux comme personne... De toute façon j'allais aller demander son numéro de téléphone à maioral, car j'allais encore avoir besoin de lui!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mar 8 Mar - 20:30

P o u l a i n     f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


monte aux trois allures & direction .

C'est dernières vingt quatre heures m'ont semblées interminables. Je n'ai pas arrêté de penser à Thomas, bizarrement il m'intriguait, sans que je sache pourquoi. Quoi qu'il en soit aujourd'hui s'enchaine la prochaine étape du débourrage de mon joli bai et une fois encore j'allais avoir besoin de lui. Ca m'avait assez embarrassé de lui sonner et de lui demander son aide à nouveau, mais il n'avait pas l'air dérangé et a tout de suite accepté. C'est donc étrangement contente que j'arrive au Haras de Pado, rejoignant les stabules et m'arrêtant devant le box d'Houroun après l'avoir appelé. Il me salue à sa façon en frémissant des naseaux, le regard pétillant et les oreilles bien redressées. Je lui échange quelques paroles tout en le caressant avant de le sortir de son box pour lui accorder un rapide pansage. Je prends le temps de lustrer sa robe avec mon gant en mouton et un produit lustrant, je le trouve vraiment de plus en plus magnifique chaque jour ce cheval... Je reste quelques minutes à le contempler, faisant glisser mes mains de part et d'autre de son encolure avant de l'équiper du même harnachement que j'ai utilisé hier. Houroun a vraiment de la prestance avec se tapis sanguin! Je lui applique les guêtres sur les membres et termine par lui mettre le filet, devant déjà moins me battre pour qu'il prenne le mors sans tiquer. Je le félicite avant d'attacher une longe de travail à son mors, de prendre ma bombe sous le bras ainsi qu'une paire de gants et de demander à l'entier de me suivre.

Nous arrivons un peu en avance au manège, alors j'en profite pour balader Houroun dans la piste comme je l'ai fais la veille. Il est complétement décontracté et marche avec l'encolure à hauteur du prolongement de son dos. Je lui flatte régulièrement l'encolure et reprends les exercices de transition, m'arrêtant assez régulièrement de façon spontanée et sans le prévenir à l'avance. Après quelques ratés Houroun finit par bien se canaliser sur l'exercice et s'arrête sans me dépasser ni même me bousculer. Sentant un regard sur moi je relève la tête et découvre Thomas, exactement à la même place et dans la même position que la veille. Je marche jusqu'à lui avec un grand sourire et le salue avant de lui demander de me suivre. Il tient bien la longe en main et caresse Houroun sur le chanfrein qui semble apprécier ses quelques caresses. J'en profiter pour lui rafraichir la mémoire avec l'exercice d'hier, mettant tout mon poids du corps sur l'étrier gauche avant de me déposer sur la selle tout en étant sur le ventre. Houroun reste bien sage alors je le félicite avant de me redresser sur ma étrier et de passer ma jambe au dessus de sa croupe, m'asseyant très délicatement dans la selle. Pas trop à mon aise au début je courbe le dos et me renfrogne tout en le caressant sur l'épaule. Thomas le félicite avant de sourire.

"Voilà, il à l'air de ne pas trop être dérangé jusqu'à présent, on va commencer à marcher côte à côte comme hier, mais pour ça tu dois te redresser." Me dit-il en souriant, mais un vrai sourire cette fois, pas un de ceux qui ont dans le but de narguer.

Je le souris en retour et me redresse en essayant le moins possible de déranger l'équidé pour le moment. Je prends mes rênes par le bout, les laissant totalement lâche et suite aux conseils de Thomas, de donne une petite pression de mollets pour demander à Houroun de prendre le pas, mais bizarrement ça à l'effet inverse. Il se braque un peu et fait mine de reculer alors je reprends les bases que nous avons déjà appris ensemble et lui communique l'ordre vocal "marche!" tout en pressant mes mollets. Comme par magie il se met en avant et marche aux cotés de Thomas qui semble plutôt impressionné de la façon dont j'ai rattrapé la situation. Fière de moi je souris et suis au mieux le mouvement des foulées de ma monture, étant au pas, c'est assez simple pour le moment. Après plusieurs changements de main et des transitions pas-arrêt/arrêt-pas en collaboration avec Thomas pour les arrêts et la remise en route pour ma part, nous décidons de retourner au centre de la piste et de tenter l'expérience sur un cercle. Suite aux recommandations du longeur Houroun se place sur un cercle d'une vingtaine de mètres et marche tranquillement. Je commence progressivement à remonter sur mes rênes mais sans avoir du contact pour autant. Houroun se trébuche à plusieurs reprises et étant dessus, je peux dire que c'est assez déstabilisant malgré le fait que je m'y prépare à l'avance au bout de trois bonnes fois. Je décide de demander une transition à l'arrêt et préviens Thomas de mes intentions. Je me redresse bien dans ma selle, le buste légèrement en arrière, l'assiette bloquée et les jambes légèrement refermées sur les flancs. J'ajoute bien entendu l'ordre vocal "arrêt", de cette sorte Houroun aura beaucoup plus de facilitée à assimiler mes différentes demandes. Après une à deux foulées l'étalon s'immobilise et je le félicite. Je lui redemande le pas des aides et de la voix et il réagit très bien. Je le félicite en souriant et peux voir Thomas sourire aussi. On change de main et reprenons l'exercice, ayant encore un peu plus repris mes rênes.

On décide afin de clôturer la séance de faire quelques cercles de trot à chaque main, Thomas s'occupant des ordres vocaux et moi de l'accord des aides. Houroun démarre assez facilement au trot et part tout de suite dans un trot allongé, ce qui me ballote un peu sur la selle. Je me redresse et donne une petite pression sur les rênes alors que le jeune homme lui demande de ralentir et il rattrape un trot de travail. On répète ça à l'autre main et il démarre beaucoup plus légèrement cette fois. Je me sens vraiment à l'aise sur son dos à l'inverse de ce que j'aurai cru. Houroun repasse au pas sous nos demandes et je le flatte abondamment avant de mettre pied à terre et de retourner aux écuries, laissant Thomas retourner à ses occupations. Je n'en sais toujours pas plus de lui, mais ça finira par arriver, je le sais!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maioral
Admin à la mayo
avatar

Messages : 2294
Date d'inscription : 10/07/2014

Info'
Trèfles:
19/100  (19/100)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mar 8 Mar - 21:30

+ 13 en débourrage
(port de la selle et filet 7/7
Monte en sac à patate 3/3
Monte aux trois allures & direction 3/10)
+ 6 en confiance
+ 3 en soins

+ 15 Trèfle

Gains pour objectifs réussis :
- 5 pts à miser
- 5 trèfles

MAJ

_________________
The problem with depression is
-You know you’ll be ok, but you still feel awful.
-You know people love you, but it doesn’t feel like they do.
-You know doing something will make you feel better, but you just don’t know how to.
-You want to be well, but you just can’t seem to get there.

Under ~ Grenadine ~ Teddy

Résumés ♪

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mer 9 Mar - 20:59

P o u l a i n      f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


monte aux trois allures & direction, suite.

Enfin mercredi après midi! La semaine avance vite et le débourrage du petit bai tout autant... J'ai contacté Thomas et j'ai à peine eu le temps de lui demander quoi que ce soit qu'il me disait déjà que je l'appelais pour le débourrage d'Houroun. Bien entendu, il était d'accord pour m'épauler et ce, jusqu'à la fin du débourrage. Ouf, c'était déjà ça, j'étais enfin sûre d'avoir quelqu'un pour m'aider sans devoir compter sur l'un ou l'autre selon les personnes qui trainaient aux écuries... Une fois encore j'ai mis rendez-vous à Thomas au manège, me laissant ainsi bien le temps de profiter avec Houroun au box. J'arrive en me faisant reconnaitre d'un claquement de langue et l'étalon pointe le bout de son nez, lâchant un petit hennissement aigu. Je souris, tellement fière du lien que j'ai pu créer avec lui. Je lui caresse le chanfrein comme à mon habitude avant de lui enfiler le licol et de venir l'attacher en dehors de son box. Je lui accorde un bon pansage afin de le dépoussiérer de ses longues journées passées en box avant de l'harnacher, toujours de son tapis rouge et c'est d'ailleurs avec lui que je terminerai son débourrage. Une fois le bridon fixer, j'enfile mon casque et une paire de gants, prenant les rênes et guidant Houroun jusqu'au manège où Thomas devait déjà sûrement nous attendre vu que je suis légèrement en retard...

J'arrive en piste et découvre Thomas faire les cent pas en regardant ses bottes. Je m'approche sans faire de bruit et m'arrête avec Houroun derrière lui, le laissant encore un peu vaguer à son occupation avant de toussoter, ce qui lui provoque un sursaut.

"Woh, tu m'as fais peur! Dit-il plein de vie à l'inverse de son comportement habituel.

Je souris à pleines dents en lui tendant la longe de travail qui est reliée à l'étalon. Je me place sur la gauche et n'ayant pas penser à prendre une chaise en guise de montoir, je demande à Thomas de me faire la courte échelle. Malgré le degré élevé de gêne de la situation j'arrive rapidement sur le dos d'Houroun, enfilant mes étriers et remontant sur la rênes à la même distance sur laquelle on avait terminé hier. Il faut faire un pas supplémentaire en avant, ça ne sert à rien de sans cesse reculer! Une fois bien à l'aise sur le dos de ma monture, je fais signe à Thomas qu'il peut le mettre sur un cercle au pas et c'est ce qu'il fait, Houroun répond correctement et se trouve assez vite sur un large cercle. Je le félicite de la voix et suis bien ses foulées avec mon bassin. Je demande quelques transitions, essayant d'abord par le seul moyen des aides. Houroun ralentit mais ça ne suffit pas alors j'accompagne l'action de l'ordre vocal et sans plus attendre, il s'immobilise. Je le félicite, toujours sous le regard attentif de Thomas et le relance au pas, pressant mes mollets et donnant un coup de bassin en avant. Sans besoin  de la voix cette fois, Houroun a bien répondu et je le félicite fièrement avant de retravailler quelques minutes les allures descendantes qui semblent lui poser plus de problèmes que les allures montantes. Nous finissons par changer de main et de demander les même chose avant de prendre le trot.

Houroun prend facilement l'allure supérieure et assez rapide comme à son habitude. Je me redresse bien dans ma selle et exerce une légère pression sur les rênes, ce qui suffit à le calmer en quelques foulées. Je l'encourage à progresser de la sorte et trotte enlever sur le pied gauche, décidant de tester le trot assis. Je m'assieds donc dans ma selle et découvrant encore quelque chose de nouveau, Houroun se met à allonger le trot. Je le reprends et parviens à l'avoir dans un trot de travail correct et régulier. Ca me démange de ne pas pouvoir lui demander de mise en main, mais c'est encore beaucoup trop tôt! Cependant je raccourcis encore un peu mes rênes et attrape peu à peu du contact avec sa bouche et le mors simple qui s'y trouve. Il ne semble pas perturbé d'avantage, repassant au pas lorsque je lui demande. Thomas nous fais changer de main alors que j'utilise mes jambes et la rêne d'ouverture pour donner la direction à prendre. Nous trottons de nouveau, cherchant toujours ce trot calme et posé. Une fois qu'il a trotter un peu Houroun est beaucoup plus détendu et à moins tendance à démarrer sur de grandes foulées. Je le flatte en détendant une rêne avant de le repasser au pas, délaissant les rênes pour le laisser souffler avant de prendre le galop.

"Il se débrouille vraiment bien, il commence déjà à comprendre le rapport entre les aides et la voix, c'est un bon début. Me dit Thomas sans quitter le port de tête d'Houroun des yeux.
"C'est un bon début!? Tu veux rire, il est vraiment phénoménal!Dis-je en défendant le travail du bai, jugeant que l'allure que prend son apprentissage représente bien plus qu'un simple "bon début".

Thomas secoue la tête en roulant des yeux et me propose ensuite de prendre le galop. J'acquiesce en remettant Houroun au trot seulement par l'agissement de mes aides et je le félicite pour ça. Une fois bien au trot et après plusieurs cercles où j'ai réussi à trouver une bonne allure de travail je m'assieds dans le siège de la selle et raccourcis mes rênes, m'attendant à ce qu'il accélère. Je le ralentit et recule ma jambe extérieure, gardant la jambe intérieure à la sangle. Je libère l'épaule intérieur du cheval tout en gardant correctement mes rênes tendues et accompagne de la voix "galop!". Houroun se contente d'accélérer le trot, me ballotant un peu alors je le ralentis jusqu'à redemander une nouvelle fois, partant au galop mais sur le mauvais pied. Je soupire et repasse pour la troisième fois au trot. Heureusement, la troisième fois est la bonne, Houroun démarre à juste dans un galop pas trop précipité mais tout de même vif, digne d'un jeune poulain. Je le laisse galoper plusieurs tours, Thomas allongeant au maximum de diamètre du cercle. On repasse au trot et j'essaie de le faire changer de main à cette allure, bien sûr pas sans l'aide du longeur. On y arrive tant bien que mal et je le relance au galop, devant m'y reprendre à deux fois avant de l'avoir sur le bon pied. Je le laisse galoper comme il le veux tout en l'accompagnant de mon bassin et me redresse en serrant les mollets suivie d'une légère pression sur les rênes pour le faire repasser au trot. Je le maintiens à cette allure une bonne minute avant de lui demander le pas grâce à mon poids du corps et Houroun s'exécute. Très contente, je me penche sur son encolure pour le féliciter et le gratter à la nuque.

On finit par arrêter l'étalon et je mets pied à terre, le félicitant encore une fois avant de remercier Thomas et de lui faire la bise, pour la toute première fois depuis que l'on se connait, en repartant. De retour aux boxes je rentre le bai et le déséquipe, lui accordant un bon pansage d'après séance sans oublier de curer ses pieds pour les dégager du sable humide qui s'y est incrusté. Je passe quelques minutes à le caresser en intercalant deux sucres qu'Houroun s'empresse de manger. Je m'assure que son abreuvoir est bien propre ainsi que sa paille avant de repartir, ne cessant de penser à la séance qui venait de se passer et par conséquent, à Thomas...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Lun 14 Mar - 21:05

P o u l a i n       f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


monte aux trois allures & direction, suite.

Et une fois encore, je marche en direction des stabules où demeure Houroun. Quoi de mieux pour commencer la semaine après tout? J'ai longtemps parlé avec Thomas par téléphone avant de venir et nous avons décider de faire un pas de plus dans l'apprentissage du jeune cheval, un pas de géant même! Aujourd'hui nous allons tenter le guider sur la piste sans avoir affaire à la longe, pour ça il devra énormément me faire confiance et surtout, m'écouter. J'arrive toute souriante devant le box du bai et l'appelle après avoir siffler deux coups. Pas une seconde de plus, il se redresse et s'approche, ayant repéré qu'il s'agissait de moi. Je le salue à ma façon habituelle et le sors de son box après lui avoir enfiler son licol. Je décide de le laisser seul à l'attache quelques minutes le temps que j'aille jusqu'à la sellerie, chercher les biens que j'allais utiliser aujourd'hui. Je reviens quelques minutes plus tard et retrouve un Houroun calme, l'un de ses postérieurs déposer sur la pince du sabot, signe qu'il est détendu. Je m'arrête quelques minutes auprès de lui pour lui accorder quelques gratouilles par-ci par-là aux alentours de la tête avant d'entamer un bon pansage. Au bout de vingt bonnes minutes où je ne me suis pas arrêter de lustrer sa robe, entre bouchon, cure pieds, peigne, et toutes les autres brosses je peux enfin dire que l'étalon est propre! Je m'affaire tout de suite à l'harnacher, déposant le matériel de façon chronologique avant de sangler correctement et de le brider sans problèmes, Houroun entrouvrant la bouche pour m'y laisser glisser le mors. Je prends mon casque et les rênes de ma monture avant de nous guider jusqu'au manège où se déroulerait la séance d'aujourd'hui.

Je croise Thomas sur le chemin et nous décidons de rejoindre le manège ensemble, échangeant quelques mots. Une fois arrivés à destination je me contente de rentrer, Houroun sur les talons pendant que le jeune homme referme l'immense porte derrière nous. J'arrête l'étalon qui respecte mon espace vital et le félicite. Je me mets en selle durant que Thomas attache la longe de travail au mors. Je mets le cheval en marche et le fais se mettre sur un cercle de plus en plus grand, l'aidant de ma jambe intérieure pour s'éloigner. Il répond correctement et je le félicite, continuant par lui demander quelques transitions du genre pas/arrêt ainsi que arrêt-pas. Il réagit bien, sans que j'ai besoin d'y mêler la voix. C'est fou comme il peut apprendre vite! On va continuer en demandant le trot. Je titille ses flancs avec mes mollets et, voulant partir au grand trot comme pour changer..., Houroun se trébuche et me secoue sur son dos. Je reprends le plus rapidement possible ma place initiale et décide de raccourcir un peu les rênes, ayant une légère pression dessus afin que ce genre d'accidents n'arrivent plus. Je trotte enlevé et teste même le trot assis une fois que j'ai acquiers un trot de travail et non une allure précipitée. Houroun n'est pas des plus confortables mais après tout il reste un trotteur, ça pourrait être bien pire que ça, je pense que je n'ai donc pas de quoi me plaindre. On joue avec des transitions, changeant de main pour se retrouver à main droite et d'exercer les même manœuvres. Il répond plutôt bien, ayant finalement compris le rapprochement entre la demande des aides et la voix. Je le félicite en le repassant au pas, laissant glisser mes rênes pour le laisser souffler avant de galoper.

" Par contre tu vas bouger tes fesses et venir les déposer sur ce petit crack! " Dis-je en me tournant vers Thomas, lui faisant comprendre qu'il allait le faire galoper.
" Moi? " Dit-il à moitié en train de rire, mais voyant que je suis très sérieuse, il finit par répondre : " Si tu veux. "

J'arrête l'étalon après quelques cercles au pas et mets pied à terre, laissant la place à Thomas après lui avoir prêter ma bombe. Elle à l'air un peu petite pour lui, mais tant pis ça suffira pour aujourd'hui. Lorsqu'il se met en selle je peux voir Houroun agiter les oreilles et regardant en ma direction, pas habitué à ce poids sur son dos. Je le caresse et laisse Thomas prendre les commandes, les laissant rejoindre le cercle alors que je tiens mon rôle de longeuse. Je m'aperçois que mon ami, si toutefois je peux l'appeler ainsi, à beaucoup plus de tact que moi et n'hésite pas à prendre les rênes bien en main, gardant un perpétuel contact avec la bouche du bai. De plus il se fait rapidement comprendre lorsqu'il demande le trot de travail, s'asseyant ensuite dans la selle pour demander le galop. Houroun tente d'allonger ses foulées mais suite à une remise à sa place sèche, il finit par prendre le galop. Je les laisse procéder à cette allure plusieurs tours avant de voir Thomas demander une transition au trot précise pour pouvoir changer de main et échauffer l'étalon au galop de nouveau. Une fois qu'Houroun a bien galoper je reprends ma place en selle et on le laisse marcher quelques minutes le long de la piste, Thomas marchant à coté de nous jusqu'à présent. Dés qu'il semble avoir rattraper un rythme cardiaque normal, nous passons à la suite, lui retirant la longe alors que je garde bien mes jambes et mes mains au contact. Petit à petit Thomas ralentit pour laisser partir Houroun seul le long des murs. Totalement indépendant, le cheval ne se pose pas de question et me laisse le faire marcher sur la piste, commençant par demander des tournants vers l'intérieur de la piste. Au début Houroun travail "à contre-sens" et ne cède pas à mes demandes ou alors prenant beaucoup de place pour tourner. Je le félicite tout de même et répète l'exercice maintes fois, jambe intérieure à la sangle, rêne extérieure tendue et rêne intérieure légèrement écartée. Au fur et à mesure le bai prend de l'assurance et répond de plus en plus vite. Nous changeons de main et procédant de la même façon afin de demander des changements de direction, devant encore une fois travailler l'exercice à plusieurs reprises avant d'avoir un tournant plus ou moins correct.

Je vais maintenant essayer de le faire trotter le long de la piste, simplement un tour et sans changement de direction, ça viendra par la suite. Nous rejoignons la piste après notre précédent doublé et je le laisse deux à trois foulées bien droit avant de presser mes mollets et de le faire partir dans un bon trot. J'ai moi aussi beaucoup plus confiance en moi depuis que j'ai vu Thomas sur son dos et n'hésite pas à mettre de la pression en bouche ainsi que dans les jambes malgré qu'Houroun n'ai pas besoin d'être rappelé à l'ordre vis à vis de l'impulsion. Après un tour je m'assieds dans ma selle et cale mon assiette, les épaules bien tirées vers l'arrière et une très légère pression sur les rênes. Houroun s'arrête, pas aussi rapidement que je l'aurai souhaité mais je le flatte tout de même, laissant Thomas nous rejoindre. Après quelques paroles échangées nous décidons de laisser le poulain là dessus pour aujourd'hui, surtout qu'il commence déjà à transpirer et à peiner à avancer. Je félicite abondamment ma monture une fois que je suis descendue et dis au revoir à Thomas, rougissant lorsqu'il s'approche de moi pour me faire la bise. Je rentre au box avec Houroun et le panse pour sécher sa sueur, lui laissant de l'eau fraîche et plusieurs morceaux de pommes bien sucrés comme il les aime dans sa mangeoire avant de m'en aller.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2860
Date d'inscription : 19/07/2014
Age : 19

Info'
Trèfles:
290/300  (290/300)

MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   Mar 15 Mar - 20:05

P o u l a i n       f a v o r i  ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....


monte aux trois allures & direction, suite.

L'apprentissage d'Houroun arrive peu à peu à sa fin et j'en suis très impatiente, tellement qu'après 24h suite à ma dernière visite, je suis déjà de retour aux écuries. Malheureusement Thomas ne sait pas nous accompagner aujourd'hui, nous allons donc nous retrouver seul à seul! J'arrive au box du poulain, le licol déjà sur l'épaule. Il m'accueille chaleureusement, relâchant mes mains en y prélevant le sel. Je le laisse faire avant d'entrer à ses cotés et lui enfile le licol. Nous marchons un aller et retour à travers l'allée afin de dégourdir ses jambes et je le laisse renifler l'un ou l'autre cheval qui sort la tête suite à notre passage, venant ensuite l'attacher en face de son box. Je le panse soigneusement avant de lui mettre les protections sur les membres, enchainant ensuite avec le reste du matériel. Je m'équipe ensuite à mon tour et nous voilà partis pour le manège où nous attend notre première séance en tête en tête.

J'ai décidé de longer Houroun avant de monter dessus, de sorte à ce qu'il se défoule et qu'il s'échauffe tout en même temps. Nous entrons dans le manège et je referme la porte derrière nous. J'arrête Houroun un peu plus loin et le félicite pour sa réactivité avant de lui demander de prendre le pas et de s'éloigner de moi, le plaçant sur un cercle d'une quinzaine de mètres. Je lui demande rapidement le trot et le laisse évacuer son trot plein d'énergie. Houroun prend un malin plaisir à allonger le trot et à envoyer quelques coups de postérieurs en l'air. Il prend rapidement confiance en lui et commence peu à peu à recouper le cercle alors je le réprimande en l'installant dans un trot de travail, voilà ce qu'il y gagne à faire le guignol! Je le fais ensuite galoper et tente d'avoir le galop le plus calme possible. Je finis par lui demander une transition de la voix pour que je puisse le changer de main et l'échauffer à nouveau. Houroun trotte à main droite cette fois et allonge légèrement le trot. Je le rassure et lui demande de ralentir afin qu'il puisse prendre le galop dans de bonnes conditions. Une fois dégourdit aux deux mains de façon équitable je le repasse au pas tout en raccourcissant progressivement la longe pour le ramener jusqu'à moi jusqu'à obtenir un arrêt. Je félicite le bai et lui enlève la longe, la jetant dans un coin de la piste. Je vérifie le sanglage, resserrant d'un trou et prends mes rênes en main en mettant le pied à l'étrier, me retrouvant ainsi en moins de trois secondes sur le dos de mon bel étalon.

Je me positionne correctement et presse mes mollets, indiquant à Houroun de prendre le pas. Nous rejoignons la piste et je le laisse marcher à son rythme. Il est très sûr de lui et ne semble pas perturbé de ne plus se retrouver en longe. Les rênes bien en main, je commence par demander quelques transitions qu'Houroun réalise avec brio avant de m'attaquer aux courbes. L'étalon met un peu de temps à réagir et prend beaucoup de plus mais au fur et à mesure qu'on répète, c'est de mieux en mieux. Je change de main par une diagonale, commençant par un tournant et encadrant bien le cheval de mes jambes et de mes mains pour qu'il ne commence pas à zigzaguer, n'ayant plus le mur comme repère. Une fois au bout de la diagonale je demande le trot et Houroun, déjà bien dépensé de ses cabrioles en longe, démarre dans un trot de travail. Je travaille beaucoup sur les changements de direction. Je peux sentir qu'Houroun fait bien attention où il pose ses pieds, même si pour ça il doit prendre un peu plus de places. Au fur et à mesure de la séance je varie entre des tournants larges, les tournants un peu plus étroits et même une demi-volte renversée afin de me retrouver à l'autre main. Houroun semble assimiler peu à peu le placement des aides lorsque je lui demande de tourner et réagit de plus en plus vite. Je le flatte et le laisse revenir au pas quelques minutes avant de nous lancer au galop.

Les rênes bien en main, je relance l'étalon au trot sur un cercle, certes pas très régulier mais ça viendra par la suite. Une fois Houroun bien lancé et à l'écoute, j'en profite de sortir d'un tournant pour placer mes aides et donner un coup de bassin en avant pour prendre le galop. Une fois dans l'allure je continue de progresser sur le cercle et attends que le bai soit bien aux ordres pour le mener sur la piste et galoper ainsi un tour avant de demander une transition au trot qui est effectuée très proprement. Je le félicite et change de main par un doubler dans la longueur, l'encadrant bien lorsque l'on quitte les murs pour qu'il aille bien droit. Nous revoilà sur un cercle à l'autre bout de la piste et je demande le galop à l'autre main. Hélas Houroun se précipite et s'emmêle les pinceaux, partant à faux. Je ne cherche pas à lui faire changer de pied en l'air et le repasse directement au trot avant de redemander le galop, partant cette fois à juste. Je félicite et le laisse galoper plusieurs tours de piste avant de revenir au trot, le laissant vaguer comme bon lui semble dans la piste rênes mi- longues. Houroun semble bien fatigué, il faudrait prévoir des séances d'endurance par la suite car il travaillera beaucoup mieux et avec plus d'aisance si il est en bonne condition physique. Je le félicite et le laisse repasser au pas de lui même, décidément épuiser. Je finis par mettre pied à terre et ne cesse de le féliciter car après tout, depuis notre première rencontrer, Houroun n'a fait que d'évoluer!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Houroun, trotteur (é)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Houroun, trotteur (é)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Houroun, trotteur (é)
» Tout sur votre cheval.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ Haras de Pado. :: 
les écuries
 :: ∞ domaines privés :: Domaine du Galoupet
-
Sauter vers: