AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Esperanza, hanovrien (j)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2423
Date d'inscription : 19/07/2014

Info'
Trèfles:
251/300  (251/300)

MessageSujet: Esperanza, hanovrien (j)   Mar 2 Sep - 20:45

Esperanza de Pado




Esperanza, jument hanovrien de 10 ans
∞ propriétaire : HDP

« Qu'a t'il pu arriver à cette pauvre jument ? C'est la question que se pose tout ceux qui la voit. Tapissée au fond de son box, elle attend sans rien faire, ni bouger comme si elle voulait mourir. Aucune émotion se dégage d'elle, on pourrait presque la confondre à une statue. De plus, elle n'est pas bien physiquement non plus. Son poil est terne, il y a des endroits où il y en a même plus. Il lui reste très peu de crins, ses sabots sont dans un piteux état... Elle nous fait mal, rien quand la regardant. Ses petits membres sont si fragiles que lorsque qu'elle se déplace, on a l'impression qu'elle va tomber. Elle a été retrouvé dans un pré sans eau, sans rien ni personne. Les dernières années qu'elle a vécu ont du être affreuses pour elle. Il lui faut absolument et immédiatement une personne pour l'aider à remonter la pente. Elle ne peut plus rester comme ça. Alors non, ce n'est pas la jument agressive ou sauvage qu'on pourrait s'imaginer, mais ce qu'il lui arrive est bien pire que ça. Courage Esperanza, c'est fini. »

► arbre généalogique



Parents :  unknow

Poulains :  unknow


► points

∞ confiance : 21
∞ soins : 27
∞ débourrage : 25/25
• dressage : 00
• saut : 00
• cross : 00
• trec : 00
• course : 00
• endurance : 00
• horse ball : 00
• pony-games : 00
• polo : 00
• pole bending : 00
• reining : 00
• barrel race : 00
• amazone : 00
• travail à pied : 00
• longe : 02
• longue-rênes :00
• attelage : 00
• balade : 00
TOTAL : 02

► palmarès

points concours : 00
∞ Classements :
00 en première place
00 en deuxième place
00 en troisième place

Place avec membre au ...(nom concours)

_________________


Dernière édition par Whappa le Mer 3 Sep - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Mer 3 Sep - 14:36

DOULOUREUSE RENCONTRE


J'arrivais près de écuries de Rescue Me, et un des boxes m'attira. Une jument maigre, à l'allure cadavérique était dans un box. Son regard fixe ne me regardait pas, il m'ignorait peut être, ou ne me voyait pas...

Ses crins peu abondants pendaient misérablement sur son corps, et on en venait à se demander comment elle tenait debout. Elle n'avait l'air ni agressive, ni sauvage, et un pansage et de l'attention lui ferait du bien. J'avais aussi une vieille couverture polaire de Sky, qui lui tiendrait un peu plus chaud.
Allez, au boulot! A force de beaucoup de pansages, de petits moments sympathiques, elle devrait retrouver peu à peu l'étincelle de son regard, qu'elle avait visiblement perdue...

Je lui mettais un licol bien épais, car j'avais peur de lui érafler la nuque, et la têtière, elle était vraiment dans un état pitoyable.

Une longe, et elle me suivit, sans résistance, comme si de toute façon, quoi qu'on lui fasse, elle s'en fichait, elle pourrait bien mourir, c'était même mieux pour elle. Je refusais ça moi, et je l'attachais dehors, au soleil, avec de l'herbe à ses pieds, qu'elle pourrait brouter aisément.

Elle ne brouta pas, d'ailleurs. Elle regardait tout d'un regard absent, vide, et cela me donna envie de pleurer, la pauvre, vraiment la pauvre!

Je lui graissais juste ses sabots, qui étaient tout abîmés, secs, cassants à souhait. ça les nourrirait un peu.  Pas la peine de les curer, je ne ferais qu'aggraver son cas.

Je ne passais pas l'étrille, elle était trop maigre, ça lui ferait peut être mal.
Je m'appliquais à bien passer le bouchon, sur lequel j'avais enduit une lotion un peu lavante, anti-insectes. Puis le bouchon, brosse microfibre.

La jument ne réagissait pas vraiment, mais on pouvait lire dans son regard l'étonnement que quelqu'un s'occupe d'elle.

Enfin, je peignais ses crins, tout soyeux à présents, bien que peu abondants.

Puis, je lui tendis un demi quartier de pomme petit pour qu'elle n'ai pas de problème à le mâcher. Elle l'avala furtivement, mais hésita à le prendre dans sa bouche. Puis, à la suite, elle se mit à brouter tranquillement. Je lui mis une couverture, elle frissona au contact, mais ne dit rien, ça devait lui faire du bien tout de même.

Après 20 minutes de broutage, je rentrais la jument au box, mais je me permis de la mettre dans un box avec la vue sur l'extérieur, pour qu'elle ne s'ennuie surtout pas.

Je paillais le box, et nettoyais à font celui que je l'avais fait déserter. Comme ça, pas de travail à faire en plus pour les employés. Je remettais de la pomme dans sa mangeoire, et partait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Mer 3 Sep - 19:14

Je repassais dans la soirée, pour m'assurer que la petite Esperanza allait bien. J'avais aussi ramener des bandes de repos, pour maintenir en place ses tendons tout fins, tous frêles. A mon arrivée, cette fois, elle tourna la tête, mais son regard ne trahissait, n'exprimait aucun sentiment, ce qui me désolait. Sa vie avait dû être horrible, pour qu'elle perde l'envie de vivre.

Je m'appliquais à la tâche, en mettant une lotion de crème de soins sous ses bandes.

Je lui mis une crème à la commissure des lèvres, qui m'avait l'air bien abîmée. Puis, je lui remis quelques friandises coupées en petit morceau dans sa mangeoire, et vérifia l'abreuvoir.

J'allais également chercher une dose de foin, dans la grange, et la répandit dans le box.
Je flattais l'encolure de la jument, et partait doucement.

Son regard m'accompagna jusqu'à me perdre de vue, il était vide, certes, mais elle me regardait...
Revenir en haut Aller en bas
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2423
Date d'inscription : 19/07/2014

Info'
Trèfles:
251/300  (251/300)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Mer 3 Sep - 19:56

+ 4 de soins
+ 1 de confiance

+ 3 trèfle

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Jeu 4 Sep - 18:14

Un pansage santé...

Je voulais repasser voir ma petite protégée, la faire brouter un peu, et cette fois, on ira se balader dans tout le haras, pour qu'elle reprenne le goût de vivre, tout simplement.
J'arrive dans l'écurie, tout est inerte. Je me dirige vers son box, face au paysage majestueux. Je l'ai placée dans ce box, car comme ça, elle peut regarder tout ce qui se passe autour, et faire attention à son environnement.

Je la sors du box, retourne l'attacher au soleil, à la barre d'attache, avec de l'herbe à profusion à ses pieds.

J'enlève ses bandes de repos, sa couverture. Ses côtes cadavériques ressortent encore beaucoup, et sa peau est parsemée de petites cicatrices, récentes. Je passe un coup efficace de bouchon, brosse douce, puis chiffon humide pour enlever la poussière, et désinfecte les plaies, et leur applique une pommade cicatrisante.

Puis, j'appliquais une couche de graisse sur les sabots. Je lui nettoyais soigneusement les yeux, la bouche, les naseaux à l'aide d'une éponge humide.

Puis, pour finir, je fis attention à bien rendre ses crins soyeux. Puis, je détachais la longe, arrachant la petite demoiselle à son broutage, et l'emmena faire un rapide tour du haras, en 5 minutes, pour la réhabituer tout doucement au rythme de la vie, tout simplement.

Je la ramenais après ce bref tour, où elle n'eu peur de rien, je pense qu'elle n'avait pas encore assez de joie, de vie en elle pour apprécier cette balade.

Je la fis brouter 30 minutes encore, en la pansant, puis lui remis du cicatrisant, de l'argile sur ses frêles membres pour les solidifier, et mis par dessus d'autres bandes de repos.

Puis cette fois je la caressais longuement, puis lui tendis quelques friandises ,qu'elle avala, pour la première fois goulument. Je la reconduisis au box. Puis mis sa ration de foin, ainsi que quelques autre bouts de pommes, carottes, ...

Et pour la première fois quand je partis, elle sortit la tête du box, et me regarda avec une lueur dans les yeux, une lueur de reconnaissance. Mais peut être que c'était juste moi qui me faisait des films.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Sam 6 Sep - 19:36

Je déboulais à grand pas dans l'écurie, pressée et inquiète, de voir l'état de Esperanza. En effet, je n'ai pas pu passer hier. Je me rassure, et suis très flattée, en la voyant sortir la tête de son box, et me regarder droit dans les yeux. ça y est! Encore une dizaine de jours, et la demoiselle retrouvera sûrement la lueur dans ses yeux, la lueur de la vie...

Je m'approchais, entrais dans le box, lui tendant une pomme qu'elle avala goulument. Elle était beaucoup trop timide, craintive, pour me redemander une friandise. Je lui caressais l'encolure, et auscultais son corps trop fin, dont les jambes peinaient à le porter. Il faudrait augmenter la ration de foin, quitte à ce qu'elle soit légèrement en surpoids, ce serait ensuite plus facile de lui rétablir un équilibre au niveau de tout ça.

Sa tête, un peu grosse par rapport à ses maigres flancs, était creuse à certains endroits. Ses crins n'étaient vraiment pas abondants, mais ce qui me peinait le plus , c'était son regard, son regard vide, toujours, et qui ne regardait rien, il se promenait simplement, ne trouvant rien d'intéressant à regarder, l'air de dire "Je n'ai jamais eu de chance, à quoi bon vivre?"

C'était en partie pour le regard de la belle jument hanovrienne, que je m'étais mis en tête de la rétablir, plus moralement que physiquement. Si elle n'a pas le moral, elle se laissera aller. A partir du moment où elle voudra vraiment se battre pour vivre, tout ira mieux au niveau physique.

"Courage petite mère, courage."
Je la sortais du box , aujourd'hui, j'allais la doucher, car cela allait enlever les résidus d'argile, de pommade sur son corps, et je pourrais la masser aisément, avec l'aide de l'eau. J'avais bien regardé la douche, dont l'eau était réglable jusqu'à 30°C.

Je sortais la jument, lui enlevais la fine couverture, les bandes de repos, lui curait bien les pieds, qui avait retrouvé un peu de vigueur, et l'étrillais, pour enlever des poils morts, pour en limiter le nombre sous la douche. Ensuite, je passais très lentement le bouchon, en essayant de ne pas insister sur les zones sensibles de sa peau où étaient parsemés des multitudes de petites blessures, en cours de cicatrisation. Puis je brossais ses crins, qui étaient maintenant soyeux, malgré leur manque d'abondance très remarquable.

J'amenais la belle à la douche, où je l'attachais. Elle ne réagit pas plus que d'habitude, son regard ne trahissait aucun sentiment. J'allumais l'eau, elle releva la tête, vivement, mais la rebaissa.
Je me réjouissais quand même, elle commençait à réagir de mieux en mieux! Je douchais ses membres, un par un, et la température du liquide semblait vraiment profitable, pour elle qui se faisait doucher, comme pour moi, qui, en la massant, me trempais aussi. Je passais 10 minutes à doucher et masser précautionneusement les membres, du boulot, jusqu'aux tendons jusqu'au genou jusqu'à l'avant bras pour les antérieurs, et pour les postérieurs du boulot jusqu'aux tendons jusqu'aux jarrets jusqu'au haut des cuisses.

Puis, je mouillais le dessous de la sangle, et le massais avec une brosse massante, ce qui lui fit incontestablement du bien, car, à ma grande joie, elle étendit le cou et exécuta une sorte de flemen, ce qui me fit rire. Je continuais tout le flanc, la croupe l'encolure au gant de massage, et pour la tête , et les mamelles, je pris une éponge. Ensuite, je la shampooinais à l'aide d'un shampooing repoussant les insectes.

Je nettoyais précautionneusement ses crins, avec un produit spécial, certes pas donné, qui m'avait coûté bien cher , mais avait fait ses preuves ultérieurement.

Puis, je lui passais le couteau de chaleur, et la fit brouter 30 minutes, pas au soleil, qui se faisait rare. Il faisait lourd, et la fraicheur de fin d'après midi tomberait très bientôt, dans environ une heure.

Je la promenais environ 45 minutes dans les grandes allées boisées du haras, et elle sembla apprécier un peu.

Puis, je finis par la ramener dans l'écurie, qui était toujours ouverte et donnait sur un magnifique paysage. J'avais insisté pour que la jument soit placée de sorte à ce qu'elle puisse admirer le paysage, et apprécier un peu plus sa vie.

J'enlevais les dernière traces d'eau, ré-appliquais de la pommade, sur ses membres également, ainsi que des bandes de polos propres, bleues et une couverture bleue polaire qui lui tiendrais bien bien chaud, que je venais de lui acheter. Je n'hésitais pas à dépenser de l'argent pour cette jument, même si elle ne m'appartenait pas. Je m'étais mise en tête de la soigner, j'allais le faire. A ce rythme, dans deux ou trois séances du genre, la belle serait de nouveau bien dans sa tête, calme, sereine, et surtout: heureuse.

Je mis 1kg de carottes dans la mangeoire, sur l'épaisse couche de granulés, puis remis deux grosses portions de foins, et vérifiait l'abreuvoir. Je donnais deux ou trois pommes à la jument, et pris le chemin de sortie.

Je fus très émue lorsque la jument hennit quand je partis.
Revenir en haut Aller en bas
Chocolat
Admin tout Choco' !
avatar

Messages : 2137
Date d'inscription : 04/07/2014
Age : 18

Info'
Trèfles:
387/400  (387/400)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Dim 7 Sep - 19:03

+ 2 points en confiance
+ 5 points en soins

+ 4 trèfle

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Sam 13 Sep - 19:29

Je marche d'un pas rapide. Un petit hennissement, assez aigu, que j'entends pour la première fois retentit. Une tête est sortie, Sa tête. Esperanza m'a reconnue cette fois! Son regard est toujours empreint de tristesse, mais une lueur reprend forme, reprend vie. Mon objectif? Lui redonner le gout, l'espoir de vivre pleinement sa vie, et en toute sécurité.

Je vais la sortir du boxe, et la marche, en couverture et bandes de repos. Je prend juste soin de lui mettre autour du ventre un petit surfaix, que je n'ai pas trop serré, juste pour qu'elle s'habitue durant notre marche. Elle a un petit peu repris, il faudra encore augmenter la ration de nourriture. Je viens de lui acheter avec mes économies, un paquet de granulés très nourrissantes, très chères aussi , mais qui devrait lui rétablir un poids et une silhouette des plus respectables.

On marche, elle me suit, toute sage, comme à son habitude. Je suis seulement émue, car elle regarde bien autour d'elle, s'intéresse à l'environnement, et c'est la première fois que je la vois faire ça. Je suis vraiment contente. Avec de la persévérance, on va finir par aboutir à l'objectif que je m'étais fixée.

Nous marchons pendant une bonne heure, avec quelques pauses broutages, régulières. Elle regarde tout, l'environnement, les mouvements extérieurs... Cette fois, elle ne se laisse plus aller, elle devient de plus en plus vive et attentive, telle la jument qu'elle a été avant.

Je m'amuse à l'arrêter, me mettre au bout de longe, et l'appeler, en l'incitant à venir vers moi. C'est toujours pratique! Et ça fait un bon exercice de concentration.

Je l'emmène dans un petit sous bois, qui fait partie du haras. Là , je l'habitue à marcher autour des arbres, à ne pas craindre l'extérieur. Mais la peur n'est pas bien présente chez elle, elle a vécu bien pire. La peur, c'est une grosse rigolade désormais.

Je la ramène à un point d'attache, laisse une longe relativement longue, pour qu'elle ait le loisir de brouter à souhait, et la panse. Je lui enlève sa couverture, le surfaix, qu'elle a accepter sans trop rechigner, d'ailleurs. Puis, je lui enlève ses bandes de repos.

Je laverais tout ça la prochaine fois, en attendant, j'ai pris d'autres affaires toutes propres. Je lui passe le cure pied, et lui ré-applique de la graisse sur les sabots. Puis, je panse ses membres au bouchon, vérifiant et mettant de la crème sur la moindre petite blessure. Ce sur les quatre jambes.

Ensuite, je réitère l'opération sur tout son corps, et trouve pas moins d'une dizaine de cicatrices, que j'avais déjà commencé à soigner. Puis, je masse sa tête, son encolure, son garrot, et les nettoies.

Je passe l'éponge sur les yeux, les naseaux, et les mamelles, ainsi que l'anus. Puis, je lui remet une couverture un peu plus chaude que la dernière fois, les soirs étant plus frais.

Je lui remets des bandes de repos, je ne peux pas laisser ses frêles membres sans maintien, tant qu'ils n'auront pas pris plus de vigueur.

D'ailleurs, je demanderais si elle ne peut pas aller au marcheur, 30 minutes, au pas d'abord lent, puis moyen, puis actif. Elle en est largement capable, ça la musclera encore un peu.

Bon, je crois que tout est bon... Ah non! Les crins!

Je les démêle soigneusement, et fais une grosse natte à la queue. Ils seront un petit peu ondulés, mais ce que je souhaite avant tout, c'est que ça ne se mette pas dans la crème cicatrisante. Voilà, c'est bon. Je lui tends des carottes, je vais en disposer dans sa mangeoire, et y verse une portion de granulés, prescrite sur le sachet.

Puis, je vérifie que l'eau marche bien dans l'abreuvoir, et disperse de la paille dans ce dernier. Cela évitera qu'elle ne boive l'eau trop vite, et qu'elle développe une colique, en plus de ses cicatrices.

Ensuite, je vais chercher une très grosse ration de foin, et la lui dispose dans le box. J'enlève les vieux crottins, re-paille un peu, et ramène la demoiselle qui broutait toujours.

Quand je repars de l'écurie, un nouveau regard reconnaissant me suis, et j'en suis vraiment, vraiment heureuse...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Dim 21 Sep - 18:33

J'arrive en sifflotant. Je vais une fois de plus réitérer l'opération, que je fais chaque jour , inlassablement. Mais tant pis, Esperanza n'est pas du tout prête à être montée, je ne pense pas non plus la faire travailler, c'est vraiment précoce, beaucoup trop.

Un doux soleil baigne dans le ciel, mais les températures restent fraiches, et vont en régressant.

Je sors la jument de son box, qui, désormais, me reconnaît bien. Cela a pris un temps fou, mais à aboutit. Je la caresse, la masse après lui avoir retiré sa couverture, ses bandes de repos. J'inspecte minutieusement chaque petite cicatrice. Les petites blessures qui, autrefois, recouvraient son flanc, ses membres, son corps de petites balafres, rares, certes, mais cruelles, ne sont aujourd'hui quasiment plus qu'un souvenir. Encore 3 ou 4 applications de pommade sur chaque blessure, et ce ne sera que de la rigolade.

Je panse la jument: étrille, sur les endroits où elle ne présente pas de blessures, car ses poils abondants sont handicapants, la plupart sont morts, et il faut les dégager. Une fois cela fait, le bouchon, et la brosse douce sont de mise.

Puis, je fis les crins, et peignait ses crins, à présent soyeux, bien que très peu fournis.

Puis, lui passant le licol, doublé de moumoute, je lui fis faire le tour du haras. Ses jambes, encore frêles, se musclaient au fur et à mesure, et reprenaient des proportions un peu plus adaptées au gabarit d'un Hanovrien.

Je me permit de lui faire faire un petit trot, pour débloquer ses articulations une bonne fois pour toutes. Cela ne lui ferait pas de mal , étant donné que je lui impose le petit trot, et que, c'est une jument taillée pour le sport, qui est restée enfermé au moins deux mois dans un box.

Je la repasse au pas, la fait brouter, et lui refait un long pansage, en lui graissant les pieds.

Puis, je lui applique à nouveau de la pommade, et remets une bonne couverture polaire, de l'argile sur ses jambes, des bandes de repos. Je lui natte la queue pour que les poils ne se coincent pas dans l'argile. Puis, elle reçoit sa récompense quotidienne.

Je pars, la caressant, et lui faisant signe de la main.
Revenir en haut Aller en bas
Chocolat
Admin tout Choco' !
avatar

Messages : 2137
Date d'inscription : 04/07/2014
Age : 18

Info'
Trèfles:
387/400  (387/400)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Dim 21 Sep - 18:36

oops ! Désolé du retard !

+ 4 points en confiance
+ 5 points en soins

+ 2 points en longe

+ 5 trèfle

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2423
Date d'inscription : 19/07/2014

Info'
Trèfles:
251/300  (251/300)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Mar 23 Déc - 22:47

r e n c o n t r e ;
. . .. ... . .. ... ... . .. .. . . .. . . . ... .....



Avant de continuer ma petite ronde au Haras, je retourne jusqu'aux paddocks afin de récupérer la longe que j'ai oublié hier en amenant Dakota. Je retrouve facilement ma longe, simplement posée devant la barrière comme je l'avais laissée et fais demi-tour. Je marche jusqu'au croisement des chemins des paddocks de rescue me et des prairies. Prête à continuer ma marche quand soudain un cheval hennit derrière moi. Je m'arrête, me retourne et lance un regard peineux vers le petit sentier qui mène jusqu'aux rescapés. Bon aller, après tout ... Ce n'est pas un petit passage qui fera du mal. Je fis demi-tour et empreinte cette fois le sentier de droite, celui menant jusqu'aux paddocks RM.

Je chotte dans quelques cailloux au passage et relève la tête et apercevant que je suis arrivée à destination, j'ai déjà dépassé deux paddocks à force d'être tête en l'air. J'aperçois un beau petit poney pie dans l'enclos juste à coté de moi mais bizarrement ce n'est pas sur celui-ci que je m'arrête. Je continue à avancer de quelques mètres jusqu'à ce que mon regard croise celui de cette jument bai. J'ai d'abord un premier geste de recul et fuit son regard, comme avec les gens. Je suis très peu confiante en moi. Je sens cette pression s'exercer sur mes épaules, je ne peux pas ne pas m'en apercevoir. Je la regarde une seconde fois et elle est toujours en train de me fixer. Je fronce les sourcils et me lance quand même à m'approcher de son paddock. J'avance jusqu'à la barrière puis lis sa plaque nominative. Je souris et recroise le regard de la jument, ne la lâchant plus des yeux. Je plonge mes yeux dans les siens et sans savoir pourquoi, je ressens immédiatement de la peine, l'angoisse. Hâtivement, je passe une jambe au dessus de la première barrière et passe de l'autre coté des clôtures. Je reste sur mes gardes et me déplace de gauche à droite pour voir sa réaction, mais une fois encore, Esperanza ne me quitte pas une seule seconde des yeux. Je ne pense pas qu'elle soit dangereuse, d'où moins je l'espère car sans me rendre compte de ce que je fait, je marche vers elle, n'étant plus qu'à une demi dizaine de pas. J'entre sous l'abri et tourne autour d'elle, gardant des distances raisonnables. Je remarque vite son mauvais entretien physique. Des croutes de terre lui couvrent l'entièreté du corps, ses côtes saillent sa peau, prêtes à la fendre, ses sabots sont dans un état abominables, son corps est couvert de blessures et ses yeux sont entourés d'une couche jaunâtre, de la conjonctivite sans aucun doute. La pauvre, elle me fait vraiment mal au cœur ...

Je passe un long moment à l'observer comme çà et décide quand même à m'approcher pour déposer ma paume sur son épaule. A ma grande surprise elle ne fait pas un pas de recul mais ne fait que trembler au contact. Je caresse délicatement son épaule, ne faisant qu'effleurer. Elle à l'air tellement fragile ... Il faut que quelqu'un s'en occupe et vite. Il est temps pour moi de retourner à mes activités, je sors du pré en lançant un regard derrière moi. J'ai un pincement au cœur en laissant cette jument si belle derrière moi. Malgré son sal état, je la trouve magnifique, certainement que tout le monde ne porte pas le même avis. Je vais essayer de faire mon possible, en appelant le maréchal-ferrant déjà, se serai bien qu'elle puisse se déplacer sans autant de difficultés.

_________________


Dernière édition par Whappa le Sam 2 Mai - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2423
Date d'inscription : 19/07/2014

Info'
Trèfles:
251/300  (251/300)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Lun 29 Déc - 20:53

p a r r a g e ;
. . .. ... . .. ... ... . .. .. . . .. . . . ... .....



Après ma séance de saut, plus que prometteuse avec Quelquefois, je suis rentrée chez moi et ai directement pris mon portable pour prendre rendez-vous avec le maréchal-ferrant. Par szqchance il avait un creux le lendemain vers milieu d'après-midi. J'en ai profiter pour réserver un rendez-vous pour qu'il vienne parer les fers d'Esperanza, cette pauvre jument de Rescue Me... Je me souviens encore de son regard accroché au mien, sa respiration lente et basse, ses côtes lui sciant presque la peau. Elle me fait tellement mal au cœur et bizarrement, je réussi à trouver quelque chose de bon dans cette jument, il suffit juste que quelqu'un se pose pour prendre soin d'elle, d'où moins, c'est l'impression que ça me donne.

J'ai rendez-vous aux paddocks à quinze heures avec le maréchal mais j'arrive une dizaine de minutes en avance. Je traverse l'allée de paddock et regarde dans chacun d'eux, visiblement tous remplis, avant de rejoindre la barrière du paddock d'Esperanza. Je la retrouve là, au même endroit qu'hier sur son abris. Elle n'a pas bouger d'un centimètre, ses sabots doivent vraiment être une lourde peine pour rester des journées immobiles sans brouter un brin d'herbe. J'espère qu'après aujourd'hui elle se bougera un peu plus et qu'elle ira brouter les herbes par-ci et par-là, ça l'aiderait un rien pour reprendre un peu de poids. Vraiment rien, mais au moins elle aurait quelque chose dans le corps et ça lui occuperait ses journées. J'enjambe la barrière inférieure en soulevant le licol que je porte sur mon épaule depuis que je suis partie de chez moi, je me suis dis que c'était préférable de la tenir pendant que le maréchal lui ferrait les pieds. J'avance jusqu'à son cabanon et marche de plus en plus lentement en arrivant vers elle. Elle a tout de suite remarquer mon attention et ne me quitte pas une seconde des yeux, les oreilles pivotant de gauche à droite pour capter tout les bruits alentours. Je tends un bras vers elle et souffle calmement en déposant ma paume sur son encolure. Elle frémit et me laisse la caresser le long de l'encolure, descendant jusque sur l'épaule. Au moins elle n'est pas difficilement approchable. A mon avis, elle n'attend que quelqu'un qui puisse venir l'aider ... Je me tiens à sa gauche et me mets dans la même direction qu'elle. J'aperçois la camionnette du maréchal-ferrant arriver entre les paddocks. Je glisse alors le licol à Espe' sans la brusquer et le boucle avant de me maintenir à coté d'elle, la caressant du bout des doigts en attendant que le maréchal nous rejoigne.

Quelques minutes plus tard, je caresse la robe de la jument avec plus de franchise et le maréchal nous rejoint. Je le salue et il fait de même avant de déposer ses outils au sol et de regarder le corps maigre et pleins de blessures de la baie.

- Elle est à vous cette jument ? M'interpelle-t-il.
- Non, mais j'ai décidé de m'en occuper, alors si vous pouviez lui parer les quatre sabots ... Répondis-je sur un ton insistant.

Je ne supporte pas quand les gens s'immisce dans les vies privées et cherchent à tout savoir. Tout ce que je veux c'est qu'il fasse son travail en faisant les pieds de cette jument, rien d'autre. Il hausse les sourcils et s'abaisse pour prendre l'antérieur droit d'Esperanza. Je suis surprise quand la jument lui donne presque automatiquement lorsqu'il descend sa main jusqu'au boulet. Ca en conclu ce que je pensais, Esperanza à déjà été débourrée auparavant, çà se voit. Et en voilà une preuve supplémentaire. Le maréchal continue de la même façon avec les trois autres pieds et l'hanovrien agit toujours aussi bravement. Je gratte son encolure avec mes doigts pour continuer de la relaxer en attendant qu'on s'occupe de ses pieds. Il ne reste plus qu'un coup de lime et ses pieds sont rétrécit de quelques bons centimètres. Ca fait bizarre de la voir avec de si petits sabots, mais c'est parfait. Je paye le montant à l'homme de métier qui s'élève à une quarantaine d'euros et le laisse repartir avec sa camionnette.

J'enlève le licol à la jument et passe ma main sur son chanfrein pour la première fois. Elle ferme les yeux et baisse la tête. Je souris, cependant j'aimerai bien la voir en mouvement, mais je ne veux pas la brusquer... Je me place à proximité de ses flancs et y mets une très faible pression, la faisant bouger de deux pas sur le coté. Je félicite délicatement, toujours très doucement tellement elle à l'air fragile. Et la pousse encore une fois à avancer. Je finis par obtenir ce que je veux et Esperanza met un pied après l'autre, se déplaçant tout de même difficilement. Ses membres rester à l'arrêt trop longtemps sont raides mais s'assouplissent petit à petit au fur et à mesure des foulées. Je souris en la regardant partir lentement vers le fond du paddock et baisser la tête pour brouter quelques herbes courtes. Premier objectif atteint ! J'enfonce mes mains en poche et sort une pomme coupée en quartiers que je jette dans sa mangeoire avant de repartir, enjambant la barrière dans l'autre sens. Je repasserai dans la semaine et tenterai de m'occuper de ses plaies, les sabots étant plus urgents pour l'instant.

_________________


Dernière édition par Whappa le Sam 2 Mai - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whappa
Admin whappoux
avatar

Messages : 2423
Date d'inscription : 19/07/2014

Info'
Trèfles:
251/300  (251/300)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Mar 30 Déc - 20:47

s o i n s ;
. . .. ... . .. ... ... . .. ..  .  . ..  . . . ... .....



Suite à ma séance de longe avec Quelquefois, je l'ai rentré au box et ai passé quelques minutes supplémentaires en ça compagnie avant de remarquer que j'ai encore une grosse partie de la journée devant moi. Heureusement j'ai tout prévu et ai emmener un sac à dos avec moi, contenant diverses choses comme de l'iso Bétadine, de la crème cicatrisante, des bandages et du scotch qui me serviront pour soigner les plaies d'Esperanza. J'ai aussi prévu de commencer à la nourrir au complément de grains spécialement prévus pour les chevaux menus, je ne me demandes même pas pourquoi moi sac à dos est si lourd, contenant au moins trois kilos de grains plus tout le reste.

J'arrive au paddock en marchant d'un pas décidé et rejoins celui de la baie sans m'attarder. Je suis agréablement surprise quand je porte mon regard vers le cabanon et ne la trouve pas, se trouvant quelques mètres plus loin au milieu de sa prairie en train de brouter. C'est un bon début, je suis tellement heureuse, ces sabots coupés règlent bien des problèmes ! Je siffle à travers le vent d'hiver et entre dans son pré, me dirigeant vers son abri pour soulager mon dos deux trois kilos de grains. Je les vide dans sa mangeoire et pose mon sac dans un coin de l'abri. J'ouvre la fermeture éclaire et en sort un licol, celui que j'ai utiliser hier. Je vais aller chercher Espe' et la ramener ici pour qu'elle s'occupe à manger ses grains en même tant que je soignerai ses plaies. Je marche en direction de la jument et une fois à proximité, elle démarre au pas à mon opposé. Je ne fais mine de rien et elle s'arrête quelques foulées plus tard, me laissant m'arrêter à coté d'elle pour lui mettre son licol. Je passe une main sur son chanfrein et fait une grande boucle pour tourner, ne voulant pas la blesser en lui demandant un demi-tour trop sec. On marche très lentement, mais ça ne me dérange pas, nous finissons tout de même par arriver sous le toit de l'abri. J'attache la corde à un anneau dans les murs du box et caresse l'épaule d'Esperanza tout en l'observant, attendant sa réaction. Je suis persuadée que cette jument à déjà été en contact avec les humains avant, la preuve (une de plus !), elle ne bouge pas et est sage comme une image à l'attache. Je plonge ma main dans la mangeoire et remue le complément alimentaire bruyamment pour attirer son attention. Esperanza se déplace difficilement avant d'arriver à la mangeoire et de renifler les grains en renâclant.

"Vas y ma belle, c'est bon pour toi !" Dis-je à la baie avant de m'accroupir et de sortir les produits de soins de mon sac à dos.

Je commence par imbiber des cotons désinfectants d'iso Bétadine, sert à désinfecter les plaies. Tout en même temps qu'Espe' se nourrisse, j'examine son corps et cerne les plaies. Les plus importantes se trouve à l'intérieur de ses postérieurs, sur son genou droit et une sur l'arcade de l'œil. Les autres ne sont plus que de petites croûtes par-ci par là, mais que je vais tout de même traiter. J'approche le coton rougeâtre près de son genou et elle le plie systématiquement. Je sifflote et tapote la plaie en frottant légèrement, sans exagéré car je sais à quel point çà fait mal ... Je continue par la plaie aux postérieurs et cette fois, Esperanza ne bronche pas, toujours occupée à manger ses granulés. Je soigne les quelques petits croutes en passant un coup de désinfectant sans prendre garde, les plaies étant déjà bien cicatrisées. Viens maintenant celle au dessus de l'œil. Je tiens Esperanza par le licol et ne me pose pas trop de questions, désinfectant sa plaie du mieux que je peux car elle relève la tête et n'arrête pas de gigoter. Je sifflote pour tenter de la calmer mais elle commence à tirer au renard sur sa longe, j'arrête donc de désinfecter, de toute manière, j'en ai fait assez. J'applique maintenant la crème cicatrisante sans problèmes, vu que contrairement au désinfectant elle ne pique pas. Cependant, Esperanza reste tout de même réticente quand je m'occupe de son œil. Il est vrai que ça ne doit pas être fort agréable. Je finis par bandés les blessures sur les membres et de les fixer avec du scotch. Voilà, je m'occuperai de renouveler les bandages et remettre de la crème cicatrisante la prochaine fois. J'enlève le licol à Esperanza entre deux bouchées et la laisse achever les dizaines de grains qu'il reste dans le fond de sa mangeoire. Je caresse doucement son encolure et dépose deux tranches de pains secs dans sa mangeoire qu'elle mange l'une à la suite de l'autre, cette jument à vraiment l'air d'avoir faim ... Il est temps pour moi de partir et je ne sais pourquoi, j'ai espoir qu'Esperanza reprenne du poil de la bête, pas maintenant, ... mais bientôt.

_________________


Dernière édition par Whappa le Sam 2 Mai - 21:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chocolat
Admin tout Choco' !
avatar

Messages : 2137
Date d'inscription : 04/07/2014
Age : 18

Info'
Trèfles:
387/400  (387/400)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Sam 10 Jan - 14:56

Désolé du retard !
Pour les 3 :

+ 7 points en confiance
+ 6 points en soins

+ 8 trèfle

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scream
Nouveau
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 25/11/2016

Info'
Trèfles:
38/50  (38/50)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Ven 2 Déc - 21:53

Ne perd jamais espoir,
c'est quand le soleil se couche
que les étoiles se lèvent

       Ft. Esperanza & AmyImage illustrant le rp

       


 Doucement l'hiver s'installe, le sol durcit sous les pieds des chevaux et cavaliers et quelques petits flocons de neige descendant du ciel pour annoncer le début de ce mois aussi froid que festif. Décembre, mois de la générosité, où les familles et amis se retrouvent, où les dons fleurissent pour les associations. Décembre, mois où les lumières s'illuminent d'un bel éclat sous les yeux brillants de enfants, mois où la nature trouve enfin le repos bien mérité qui lui est du. Le cœur en fête et les bras chargé d'une nouvelle couverture pour mon joli petit gris, je traverse l'allée du haras où d'immenses prés s'étendent à perte de vue, maison de quelques chevaux qu'il vente ou qu'il neige. Les poneys broutent et semble plutôt tranquilles. J'ai entendu quelques échos du refuge des écuries, je me dis qu'un petit don comme chaque années ne serait pas de trop pour laver les quelques (ou plutôt) multiples âneries que j'ai fait pendant l'année. Je longe les pré, laissant mes doigts déloger la fine couche de glace à demi fondue sur le haut des barrière de bois. Je découvre sur chaque barrière une grande ardoise avec le nom du cheval vivant a cet endroit ainsi que quelques petites notes. Tous semblent plutôt épanouis ici, malgré le pauvre état physique de certains mais aucun n'attire vraiment mon regard. Quand soudain, alors que les flocon redoublent d'ardeur et que les chevaux se mettent petit à petit à l'abri, je découvre, une petite boule de poils noirs aux côtes saillantes et aux flancs décharnés; se tenant au centre de son pré : les yeux mi-clos, se laissant aller dans le froid mordant. Prise de pitié pour cette pauvre bête, j'escalade la clôture et retombe lourdement dans le pré. Je remonte le col de mon blouson pour qu'il couvre mon nez et me protège du froid puis m'avance vers la petite jument noire. Plus je m'avance et plus je me rend compte que la jument est complètement abattue et résignée, la tête semi-basse, aucune expression n'émane de son corps. Elle semble totalement morte de l'intérieur, je m'avance m'attendant à ce qu'elle se sauve comme beaucoup d'autre chevaux mais pourtant elle ne bouge pas, elle reste là. Je n'ose pas la toucher, elle semble tellement faible et attristée que j'ai presque peur de la toucher. Son poil se couvre de petits flocons de neige et pourtant elle ne bronche pas. Une faible quinte de toux s'échappe de ses poumons. J'effleure son poil souillé de terre du bout de mes doigts. Un frisson la parcourt complètement.
- Que t'es t-il arrivé ma belle ?

La jument ne réagit pas, elle ne tourne même pas une oreille. Elle reste là, sans bouger et elle attend. Quoi ? Je n'en sais rien. Je la caresse avec toute la paume de ma main puis m'approche de sa tête. Celle-ci esquisse l'ombre d'un mouvement mais fini par se résigner pour lâcher une nouvelle quinte de toux. Je passe mes mains sur le chanfrein de la jument bien décidée à la faire bouger pour la mener sous l'abri et la protéger du froid du mieux qu'elle peut. Pourtant, la jument ne bouge pas d'un pouce, elle tourne lourdement sa tête à la pression que j'exerce sur le licol mais pas plus. Je l'encourage de la voix :
- Allez ma grande, tu vas attraper la mort si tu restes là, il faut que tu te mettes à l'abri pour que je puisse te sécher.

Je tire de toutes mes forces sur le licol, la jument semble ne même pas essayer de bouger comme si attraper froid et dépérir ainsi ne la gênait nullement. Je ne me laisse pas abattre et use de toute les techniques pour la mener vers le bel abri à l'allure confortable qui attend la jument. Je l'encourage encore et encore et use de caresses et de friandises pour la faire bouger mais rien n'y fait. A un instant, j'hésite même à la pousser au flanc mais je me ravise puisque je ne connais pas le caractère de l'hanovrienne. Finalement, par un miracle impromptu, la jument fait un pas, je la félicite grandement et la solicite de nouveau. Celle ci finit par arracher ses sabots à la terre spongieuse pour retrouver un sol plus dur et se diriger pas à pas, foulée par foulée, pendant un temps bien trop long vers son box. Je l'encourage du mieux que je peux et j'alterne claquement de langue et douces paroles. Le trajet d'à peine une cinquantaines de mètres nous prend presque une demie-heure. La neige tombe tellement fort qu'on ne voit bientôt plus où l'on met les pieds. J'ai pitié de la jument, elle me fait tellement de peine, son poil broussailleux et se crins effilochés et absent à certains endroits montrent qu'elle a surement une maladie de peau à moitié traitée. Si des personnes se sont déjà occupés de cette jument, cela fait longtemps qu'ils ne sont plus revenus la voir.
A force d'effort et de persuasion, je finis par la faire grimper la marche menant à la cabane dans un ultime effort. Enfin, je peux fermer la porte du cabanon et l'enfermer dans un endroit plus chaud. Je découvre dans le petit casier réservé à ses affaires, un vieux sac de pansage ainsi qu'une couverture toute sale et mitée.
Je réfléchis un instant et décide de laisser sécher la jument avant de la panser. Je la frictionne avec un gros tas de paille puis couvre ses pieds et sa croupe de sciure et je me précipite hors du box avec une idée en tête. Je cours aussi vite que je peux en récupérant la nouvelle couverture de Malice et me rue vers les écuries. Je salue mon petit étalon et lui retire la vieille couverture molletonnée qu'il arbore sur son dos et la remplace par la couverture flambant neuve, que j'accroche rapidement sur son dos. Il hennit intriguée que je m'en aille déjà les bras chargés de milles choses. Je lui dit rapidement :
- Désolé mon beau ! J'ai une urgence, je reviens cette après-midi !


Je cours tant bien que mal, la couverture autour des épaules, un sceau d'eau presque bouillante à moitié rempli, une poudre anti-poux et un soluté à dissoudre ainsi que quelques autres bricoles entre les doigts. J'entre dans le pré et manque de tomber en me prenant les pieds dans l'une des sangles de la couvertures.
Je me calme et reprend mon souffle alors que mes poumons me brûlent. J'entre dans le boxe et prend soin de refermer la porte battante derrière moi. Je retrouve la jument dans la même position dans laquelle je l'ai laissé. Elle ne daigne même pas tourner la tête quand j'entre dans le box. Je balaie la sciure et la paille d'un bon coup de bouchon et me met à frotter vigoureusement son poil, heureusement pour moi, la terre est relativement sèche et s'accroche au bouchon. Je n'ose même pas user de l'étrille de peur de déchirer sa peau si fine.
Je me met à chantonne rune mélodie très douce en m'activant autour de la jument pour enlever le maximum de terre et de poussière surtout au niveau du garrot, du dos et de la croupe. J'entrevois quelques traces de plaies qui ont l'air d'avoir été traitées il y a longtemps. Je m'affaire pendant tellement de temps que je finis par hésiter à enlever ma veste tellement j'ai chaud à cause de l'effort. Après m'être assurée que la jument ne risque pas de se blesser, je place la grande couverture sur son dos et lui attache correctement. Elle est un peu courte mais elle lui tiendra toujours plus chaud que son antiquité. Je me résigne à traiter la jument tout de suite, dans l'obscurité je risquerai de faire une erreur. Je me décide simplement à la caresser et me met à chanter une nouvelle chanson que je trouve douce et énergique à la fois :

I remember years ago, someone told me I should take, caution when it comes to love. I did, I did.
And you were strong and I was not my illusion, my mistake I was careless, I forgot. I did.
And now when all is done. There is nothing to say. You have gone and so effortlessly. You have won. You can go ahead tell them.


Je vois la jument tourner une oreille vers moi alors que je continue à chanter à voix normale tout en préparant avec amour un bon mash pour redonner de la force à la jument qui comme pour confirmer mes craintes se remet à tousser :

Tell them all I know now, Shout it from the roof tops.Write it on the skylineAll we had is gone now
Tell them I was happy. And my heart is broken. All my scars are open. Tell them what I hoped would be :
Impossibooole, impossible, Impossible, impossible


Je finis de touiller la mixture encore tiède à laquelle j'ajoute discrètement quelques petits morceaux de pommes et de carottes pour donner envie à la jument de le manger alors que celle ci tourne ses oreilles vers moi pour écouter la suite de la musique :

Falling out of love is hard. Falling for betrayal is worst. Broken trust and broken hearts
I know, I know.
Thinking all you need is there. Building faith on love and words. Empty promises will wear
I know, I know.


Je me ravie de voir que la jument semble avoir quelques réactions de la petite hanovrienne cadavérique. Je place le sceau sous le nez de la jument pour que la bonne odeur du complément gagne ses narines et lui donne envie d'y gouter. Celle ci me regarde comme si elle ne savait pas quoi faire de la nourriture que je lui présente :
- Allez mange ma belle, ça va refroidir et il faut que tu prennes des forces, tu va voir c'est délicieux.

J'insiste et trempe mon doigts dans le mash avant de l'étaler au coin des lèvres de la jument. Celle ci est obligée de se lécher les lèvres et finis par plonger son museau dans le sceau. Elle mâchonne doucement la mixture et les morceau de pommes. Comme le complément est semi-liquide, elle ne peine pas à le manger et peu l'avaler sans effort. Je la laisse manger en paix pendant que je repaille le box et lui offre une bonne ration de foin. J'en profite aussi pour jeter un coup d’œil à l'abreuvoir. Je m'assure que la jument est bien au chaud. Je griffonne rapidement un petit mot à l'intention des employés :

- J'offre cette couverture comme don pour cette jument. Ai remis du foin et repaillé le box. La jument a bénéficier d'un mash. J'ai fermé la porte car elle mourrait de froid dans le blizzard. Je repasserai la voir demain. Merci beaucoup.

Je reprend le sceau de mash terminé aux trois quarts que la jument a délaissé. Je la caresse délicatement avant de repartir sous la neige en prenant soin de coller le mot et de refermer la porte pour garder la jument au chaud.


       © Teika sur Epicode


       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scream
Nouveau
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 25/11/2016

Info'
Trèfles:
38/50  (38/50)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Sam 10 Déc - 9:32

Let it Snow

      - Ft. Esperanza & Amy - Image illustrant le rp

     


Chaque hiver, certains attendent qu'il neige, elle, elle attend que le manteau blanc l'emporte à tout jamais dans sa douce froideur.

 Esperanza ... Esperanza .... Esperanza... Quel nom magnifique et pourtant si incohérent pour cette jument squelettique et décharnée. L'espoir peut être qu'elle soit toujours en vie à chaque jour ou je passe la voir ? Et pourtant ce nom résonne si bien alors que je le murmure dans le silence de l'hiver glacial qui s'est abattu sur le Haras. Je me rend en direction du pré où la jument se tient toujours dans la même position sans jamais donné aucun signe de vie. Une idée germe alors dans mon esprit. J'entre avec l'air joyeux dans le pré. Plutôt de m’apitoyer sur son sort pourquoi ne pas essayer de ranimer la joie dans le cœur de cette jolie hanovrienne à la robe sombre. Je m'approche d'elle alors qu'elle se tient à l'entrée de son abri, la où je l'ai laissé chaque soir. Je me met à chanter à tue-tête :

Oh, the weather outside is frightful
But the fire is so delightful
And since we've no place to go
Let it snow, let it snow, let it snow

Je constate que sa couverture est encore toute propre et qu'elle n'a donc pas du se coucher cette nuit, toujours les yeux mis-clos et la tête basse, seuls ses naseaux expirant par intervalles irréguliers des petits nuages de fumées pâles.

Man it doesn't show signs of stoppin'
And I brought some corn for poppin'
The lights are turned way down low
Let it snow, let it snow, let it snow

Comme si le ciel m'avait entendu, de petits flocons de neige se mettent doucement à tomber du ciel pour s'écraser sur le sol ou les crins de la jument. Je m'approche avec le plus de délicatesse possible et tend la main pour la poser bien à plat sur l'encolure de la jument. Comme toujours, celle ci ne réagit pas et reste là, figé misérablement telle une statue sculpté par un artiste dépressif. Son expression et son corps fragile me fond mal au cœur, je reprend la mélodie avec une voix très douce et faible :

When we finally kiss good-night
How I'll hate going out in the storm
But if you really hold me tight
All the way home I'll be warm

And the fire is slowly dying
And, my dear, we're still good-bye-ing
But as long as you love me so
Let it snow, let it snow, and snow

La jument soudain point une oreille vers moi, j'effleure son chanfrein du bout de mes doigts sans forcer de peur de la casser en deux ou de la blesser. Mes doigts rencontrent une couche de poil et de croûtes irrégulière au lieu du chanfrein plat au poil hivernal doux et soyeux qu'elle devrait rencontrer. Je l'embrasse doucement sur le bout du nez et continue de chantonner en la caressant avec le plus de douceur possible.

When we finally kiss good-night
How I'll hate going out in the storm
But if you really grab me tight
All the way home I'll be warm

Oh the fire is slowly dying
And, my dear, we're still good-bye-ing
But as long as you love me so
Let it snow, let it snow, let it snow


Alors que la jument pousse un long soupir et laisse retomber ses oreilles momentanément dressées, je décide qu'il est tant de la laisser. Je laisse tout de même quelques morceaux de fruits coupés en petits morceaux dans sa mangeoire au cas ou elle veuille manger.


      © Teika sur Epicode


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chocolat
Admin tout Choco' !
avatar

Messages : 2137
Date d'inscription : 04/07/2014
Age : 18

Info'
Trèfles:
387/400  (387/400)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Sam 10 Déc - 12:13

Pour les deux :

+ 5 points de confiance
+ 4 points de soins

+ 7 trèfle

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scream
Nouveau
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 25/11/2016

Info'
Trèfles:
38/50  (38/50)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Jeu 29 Déc - 19:06

Pansage

- Ft. Esperanza & Amy - Image illustrant le rp



Tout va bien aller.. Peut être pas aujourd'hui... mais éventuellement demain <3

La neige peu à peu s'estompe, le magnifique manteau blanc laisse place à un sol mi gelé mi boueux et complètement impraticable. Comme chaque matin, je retourne voir la joli jument baie qui ne semble toujours pas vouloir montrer un quelconque signe d’intérêt pour la vie et qui attend patiemment peut être que quelqu'un vienne la chercher. Moi j'ai décidé de lui tendre la main et de rester à ses côtés. Chargée d'un gros sac de brosse et d'une pomme bien juteuse, j'entre une nouvelle fois dans l'immense pré. La baie se tient sur le côté droit de l'abri, abritée par le toit de l'installation. Je m'approche et la caresse tranquillement. Je lui enlève le vieux licol de tissu qui orne sa tête et lui en place un tout neuf sur le chanfrein en lui murmurant :
- Si tu veux remonter la pente, il faut que tu sois jolie comme tout.

Je lui retire son épaisse couverture et commence a la brosser. Je passe rapidement l'étrille américaine puis le bouchon mais n'aime pas trop brosser ses côtes apparentes qui me font mal au coeur. Je lui parle constamment et la brosse encore et encore jusqu'à ce qu'il n'y ai plus de terre sur son poil même si c'est très compliqué vu la crasse qui orne son poil. Je m'applique à lui curer les pieds et à lui démêler les crins. Sa crinière éffilochée et trouée ne rend pas beau sur sa maigre encore et ayant peur de lui faire mal en coupant au peigne, je lui coup au ciseau pour égaliser tout simplement en prenant garde à lui faire garder un air naturel. Je recoupe le bout de la queue de la jument qui traîne par terre et qui est toute effilochée elle aussi. Je suis obligée d'uttiliser un peu de démêlant naturel car sa queue est un sac de noeuds. Je lui verse aussi un bon coup de poudre anti-tiques et poux sur la queue, la crinière et le poil car je vois des touffes de poils qui tombent à cause de démangeaisons. Je m'applique à lui brosser la tête et lorsqu' je commence à frotter se salières, la jument remonte haut sa tête et la tourne vers moi d'un air étonnée et me dévisage un instant avant de la laisser à moitié retombée en laissant pendre sa lèvres. Je la caresse encore et lui donne une pomme coupée en petit morceau. Je la caresse encore et encore en lui parlant d'une voie douce et en la regardant mâchouiller le fruit et laisser échapper le jus au coin de ses lèvres.

Quand elle a finit, je lui passe un coup d'éponges sur les naseaux et le coin des lèvres puis je lui replace la couverture sur le dos et m'excuse auprès d'elle de ne pas pouvoir rester plus longtemps. Je vérifie tout de même que son box est bien repaillé et qu'elle dispose d'un filet à foin et d'un abreuvoir dégelé avant de m'en aller en serrant mon blouson contre moi.


© Teika sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
etoly
Admin volante
avatar

Messages : 2151
Date d'inscription : 23/10/2014
Age : 24

Info'
Trèfles:
341/400  (341/400)

MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   Jeu 29 Déc - 19:12

+ 2 confiance
+ 3 soins

+3 Trèfle

_________________
Ma fierté, mon amour de jument
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Esperanza, hanovrien (j)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Esperanza, hanovrien (j)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elthna Esperanza, Prêtresse envoutante au service du mal [20%]
» Desdemona Esperanza Jonhson
» [Port d'Esperanza, pas loin du QG] Bad Company [FB 1603]
» Soirée entre filles (Esperanza et Lyra)
» Sarabi Vs Esperanza

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ Haras de Pado. :: 
nouveaux chevaux
 :: ∞ rescue me
-
Sauter vers: